Une délégation représentant des demandeurs d'asile afghans en cours de régularisation ou déboutés a été reçue mardi matin au cabinet de la secrétaire d'Etat à l'Asile et aux Migrations, Maggie De Block, en présence du Premier ministre Elio Di Rupo. A l'issue de cette rencontre, tant M. Di Rupo que Mme De Block ont invité les Afghans à réintroduire individuellement de nouvelles demandes d'asile et d'y joindre de nouveaux éléments concernant notamment l'évolution de la situation dans leur pays d'origine - en proie à des violences depuis des décennies.

Selon le cabinet de la secrétaire d'Etat, chaque nouvelle demande d'asile introduite par les Afghans, sera examinée en première instance par le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides (CGRA) de manière individuelle et avec la plus grande rigueur.

Le CGRA tiendra compte de chaque situation spécifique individuelle et de la situation générale en Afghanistan. En appel, chaque dossier sera traité de la même manière et au cas par cas par le Conseil du contentieux des étrangers (CCE), a-t-on ajouté de même source.

Une nouvelle rencontre entre la délégation des demandeurs d'asile afghans et Mme De Block et le Premier ministre - ou son représentant - est prévue d'ici un mois.

La délégation était composée du président de la Ligue des droits de l'Homme, de la directrice du Ciré (Coordination et Initiatives pour et avec les Réfugiés et Étrangers), d'une avocate de certaines familles afghanes et du porte-parole du groupe d'Afghans qui occupent actuellement l'église du Béguinage à Bruxelles.

Il s'agissait de la première rencontre formelle, réclamée depuis des semaines, entre les Afghans et le Premier ministre.

Quelque 150 ressortissants afghans en situation irrégulière et leurs sympathisants s'étaient rendus le week-end dernier à Mons, la ville du Premier ministre, lors d'une marche de trois jours, pour y rencontrer M. Di Rupo et réclamer un moratoire sur les expulsions et l'obtention d'un permis de séjour.