Les véhicules de chauffeurs de taxis illégaux condamnés peuvent être saisis et confisqués, a estimé la Cour de cassation dans un de ses arrêts. Avec cette décision, la Cour casse celle prise au mois de mars par un tribunal bruxellois, indiquent lundi les journaux de Mediahuis.

L'arrêt pourrait effrayer certains chauffeurs officiant pour Uber qui s'exposeraient donc à perdre leur véhicule.

Une action des taxis officiels a encore eu lieu à Bruxelles la semaine dernière pour protester contre la "concurrence illégale" des personnes roulant pour Uber.