Encore aucune confirmation quant aux causes de la collision qui s’était produite ce lundi après-midi entre deux trains. Les feuilles tombées sur la voie en cette période automnale pourraient être une explication "plausible", a indiqué le porte-parole d’Infrabel (gestionnaire de l’infrastructure ferroviaire), Frédéric Sacré. Il se refuse toutefois à s’avancer davantage sur la question. "Ce sera à l’enquête de le déterminer."

La collision a eu lieu à 13h35 à proximité de la gare de Linkebeek, sur la ligne ferroviaire Bruxelles-Nivelles. C’est un train de travaux qui est venu percuter un train de voyageurs, transportant 41 personnes. L’accident a fait 16 blessés légers, a indiqué le bourgmestre de Linkebeek, Damien Thiéry (MR). Un seul d’entre eux a dû être transporté en civière. Les derniers passagers blessés ont été évacués vers 15h30.

Soutien aux blessés

Selon un communiqué commun d’Infrabel et de la SNCB, "toutes ces personnes ont été transférées dans des centres hospitaliers" de la région (Erasme, l’hôpital de Hal et l’hôpital Sainte-Elisabeth d’Uccle) "pour des analyses approfondies". Les deux entreprises publiques "apportent tout leur soutien aux personnes qui ont été blessées dans cet accident, ainsi qu’à leurs proches", ont-elles encore fait savoir.

"Vu la rapidité d’intervention et l’efficacité des secours, il a été décidé de ne pas déclencher le plan catastrophe", a encore ajouté M. Thiéry.

Selon la ministre des Chemins de fer, Jacqueline Galant (MR), "les services de secours sont intervenus rapidement et la mise en place de services de transport pour les autres voyageurs a été assurée", a-t-elle dit dans un communiqué. Ces voyageurs ont été conduits à la gare du Midi, à Bruxelles, via des bus de la Stib (la société bruxelloise des transports publics).

"À en croire les faibles dégâts sur les trains, ils devaient visiblement circuler à vitesse réduite", souligne Frédéric Sacré. Ce qui a peut-être permis d’éviter une catastrophe.

Le conducteur du train de chantier, qui fait partie des blessés légers, aurait indiqué aux enquêteurs avoir rencontré un problème d’adhérence. Sans doute provoqué par les conditions météorologiques : pluie, vent et surtout feuilles mortes sur les voies. "La ligne où a eu lieu l’accident fait partie de la dizaine de zones nettoyées cinq à sept fois par semaine", commente le porte-parole d’Infrabel. "Ce sont des endroits où la végétation avoisinante est abondante - et la chute des feuilles est importante - ou bien des voies avec une forte déclivité."

Les deux trains circulaient sur la même voie. "Ce qui n’a rien d’anormal. Mais la signalisation doit évidemment faire en sorte que les trains ne se rattrapent pas", poursuit M. Sacré. Y aurait-il eu un franchissement intempestif d’un feu rouge ? Peut-être, mais "les deux trains sont équipés du système de freinage d’urgence TBL1 +", censé éviter ce genre de collision. Reste à voir si, justement, le manque d’adhérence, dans ces conditions, y est pour quelque chose.

Grosses perturbations

L’accident a évidemment engendré d’importants retards hier après-midi. Le trafic ferroviaire a été interrompu entre Bruxelles et Braine-L’alleud jusqu’à 16h10. Le trafic a alors pu reprendre sur une seule voie et, dans la soirée, les trains ne pouvaient toujours pas s’arrêter en gare de Linkebeek. Des trains P (pour les heures de pointe) ont aussi dû être annulés. Des perturbations sont encore à craindre ce mardi matin entre Bruxelles et Braine-L’alleud. En revanche, le trafic a repris normalement entre Braine-L’alleud et Charleroi.