© Photonews

Belgique

M. Vanackere souhaite que Mgr Léonard s'exprime

BELGA

Publié le - Mis à jour le

Le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere, a - tout comme d'autres responsables politiques - réclamé dimanche que le primat de Belgique, Mgr André-Joseph Léonard, sorte de son silence à propos des déclarations de l'ex-évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, qui a reconnu jeudi avoir abusé de deux enfants. "Ici, il faut parler", a-t-il affirmé lors de l'émission L'Invité sur la chaîne de télévision privée RTL-TVI, trouvant la réponse de l'Eglise catholique "insatisfaisante".

Mgr Léonard a une nouvelle fois refusé dimanche de commenter les déclarations de Roger Vangheluwe, tout en promettant de s'exprimer dimanche prochain, le jour de Pâques, mais "pas avant", alors que l'ex-évêque a quitté samedi le cloître français de Magdala à La Ferté-Imbault (centre de la France) pour une destination inconnue. M. Vanackere (CD&V), qui s'est dit croyant, a suggéré que le Vatican "montre clairement que M. Vangheluwe ne fait pas partie de cette Eglise". "Il faut écarter ce monsieur", a ajouté le chef de la diplomatie belge.

La députée Marie-Christine Marghem (MR) a elle aussi dénoncé une "réaction insuffisante" de l'Eglise dans cette affaire. L'ex-évêque avait déjà déclenché un déluge de plaintes contre l'Eglise quand il avait démissionné en avril 2010, après avoir reconnu des abus sexuels sur un neveu mineur entre 1973 et 1986. Il a provoqué un nouveau tollé en racontant par le menu jeudi soir, lors d'une interview diffusée par la chaîne de télévision néerlandophone VT4, des abus sur non pas un, mais deux neveux, et en minimisant ses actes.

Des députés attendent un geste de l'Eglise pour l'indemnisation des victimes

Plusieurs députés flamands ayant siégé au sein de la commission spéciale de la Chambre sur les abus sexuels ont réclamé dimanche de l'Eglise catholique qu'elle prenne rapidement une initiative pour indemniser les victimes, alors que le Premier ministre Yves Leterme a souhaité que le Vatican prenne ses distances avec l'ex-évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, qui a reconnu jeudi avoir abusé de deux enfants. L'Eglise avait, durant les travaux de la commission, annoncé une initiative pour l'indemnisation des victimes. Mais elle se fait attendre, ont souligné dimanche des députés Open Vld, N-VA, Groen! et CD&V lors de l'émission De Zevende Dag de la chaîne de télévision VRT. "Effacer le passé est impossible, mais indemniser est possible. Le moment est venu de ne plus hésiter", a ainsi affirmé la députée Carina Van Cauter (Open Vld). Raf Terwingen (CD&V) a pour sa part appelé l'Eglise à "saisir la main tendue".

La commission de la Chambre avait, dans ses conclusions, proposé à l'Eglise d'accepter un arbitrage judiciaire pour indemniser les victimes. Elle entendait ainsi répondre à la volonté manifestée par les autorités de l'Eglise d'assumer une "responsabilité morale" et à la demande formulée par ses autorités de lui faire des suggestions sur les possibilités d'agir.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci