La ministre de la Santé, de l'Asile et de la Migration Maggie De Block a demandé à ses services de revoir progressivement à la hausse le nombre de demandes d'asile qui peuvent être introduites, a-t-elle indiqué mardi en marge d'une conférence de presse. "La situation était particulièrement grave quand j'ai pris mes fonctions. Je ne veux pas d'une autre politique mais simplement protéger les personnes vulnérables et prendre mes responsabilités", a-t-elle dit. Mme De Block a hérité du département géré par Theo Francken. Ce dernier avait donné l'ordre de ne plus accepter l'examen d'un maximum de 50 demandes d'asile par jour par l'Office des étrangers. "Il s'agissait d'instructions orales de mon prédécesseur", a confirmé Maggie De Block. 

"J'ai demandé à mes services, l'Office des étrangers et Fedasil notamment, combien ils pouvaient en inscrire et de combien de places ils disposaient", a précisé la ministre Open Vld. Cela se fera "étape par étape". En réalité, il y avait plus ou moins 80 personnes enregistrées par jour à l'Office des étrangers. Lundi, on en a enregistré 110.

"Si les gens doivent séjourner durant les premiers mois dans la rue, dans le froid, cela ne va pas et cela ouvre la voie à la criminalité. La situation était particulièrement grave lorsque j'ai hérité du département. Je ne souhaite pas mener une autre politique mais je veux protéger les personnes et prendre mes responsabilités. Il existe un droit à demander l'asile. Cette demande est validée en fonction de divers facteurs".

Mme De Block a ajouté qu'à ce stade, les familles avec enfants resteront prioritaires au Petit Château.