Deux manifestations étaient organisées aujourd'hui dans la capitale. Une centaine de personnes ont été interpellées, le Parquet de Bruxelles confirme l’arrestation judiciaire de 6 personnes pour des dégradations au bâtiment Berlaymont, des faits de rébellion armée et liés aux stupéfiants.

Si l'une s'est déroulée dans le calme, l'autre a quelque peu dégénéré ce dimanche après-midi.

  • La marche "contre Marrakech":

Organisée par des associations de droite et d'extrême droite flamandes opposées au pacte de l'ONU sur les migrations, la marche a quelque peu dégénéré ce dimanche. Pour rappel, la manifestation, organisée par plusieurs associations de droite et d'extrême droite flamandes comme KVHV, NSV, Schild & Vrienden, Voorpost et Vlaams Belang Jongeren, qui dénoncent le pacte de l'Onu sur les migrations, formellement approuvé lundi à Marrakech (Maroc), avait dans un premier temps été interdite par le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, et par le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (tous deux PS). Mais le Conseil d'Etat a suspendu vendredi soir l'interdiction des manifestations défavorables et favorables au pacte des Nations unies sur les migrations.

Les manifestants ont commencé à arriver ce dimanche aux alentours de 12h. On pouvait décompter à cette heure quelque 200 personnes à la gare centrale au coeur de Bruxelles. Un premier groupe de manifestants de la marche contre Marrakech s'est mis en branle dimanche, vers 11h50, depuis la gare de Bruxelles-Central en direction de la place Schuman. Quelque 5.500 personnes étaient présentes et marchaient vers le rond-point Schuman aux alentours de 12h30. Des pétards et fumigènes ont été lancés. Les manifestants sont arrivés à Schuman où des discours ont été prononcés par les organisateurs de la marche. Ceux-ci visaient le pacte mais aussi Charles Michel. Les participants à la marche "contre Marrakech" ont finalement décidé de se rendre au Cinquantenaire. Ils ont pris la route vers 13h30.

© BELGA

La tension est montée peu avant 14h devant la Commission européenne où les manifestants ont jeté des projectiles en direction des policiers. Quelque 300 manifestants ont tenté de pénétrer dans le bâtiment de la Commission euopréenne. Ils en ont cassé une fenêtre. Les autopompes sont arrivées peu de temps après. Les forces de l'ordre ont également eu recours à des gaz lacrymogènes et à la cavalerie. Les fauteurs de trouble comptaient parmi eux notamment des "hooligans" belges. La police a tenté de les disperser, ce qui a fini par arriver aux alentours de 15h30 selon Belga. La police bruxelloise a arrêté une centaine de personnes suite à ces débordements.



  • La marche pour Marrakech:

La deuxième, la "marche pour Marrakech", appellait quant à elle à ne pas voir les migrants comme un problème mais plutôt à interpréter de cette manière la politique du gouvernement à leur encontre. C'est ce que ces militants ont déclaré ce dimanche depuis les bâtiments de la CGSP à Bruxelles, où avait lieu leur rassemblement. La contre-manifestation a reçu le soutien de l'organisation étudiante de gauche Comac, de la Ligue francophone des droits de l'Homme, de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, de Vie Féminine et du syndicat socialiste FGTB-CGSP.

La contre-manifestation s'est déroulée devant les locaux de la CGSP, à la rue du Congrès. Aucun incident n'a été rapporté. Tout s'est passé dans le calme. Quelques gilets jaunes ont fait leur apparition dans les rangs des manifestants pour dénoncer la récupération des mouvements sociaux par l'extrême droite.

Alors que l'on parlait d'une manifestation "statique", un cortège a tout de même pris la direction du parc Maximilien. A 14h, la police a annoncé qu'un millier de personnes étaient présentes et que d'autres étaient encore attendues.

En fin de journée, il ressort que tout s'est passé dans le calme du côté de la gare du Nord où étaient réunis les 1.500 personnes manifestant contre le racisme, contrairement aux débordements constatés au cours de la marche "contre Marrakech".

© BELGA

© AFP

Revivez cette journée grâce à notre direct