Le Premier ministre belge Elio Di Rupo s'est dit lundi "fier de la modernité" de la Belgique, où les homosexuels ont le droit de se marier depuis 2003, au lendemain de la grande manifestation en France contre la légalisation du mariage pour tous.

"Je suis fier de la modernité de notre pays, où tous les couples ont le droit de se marier", a écrit sur Twitter Elio Di Rupo, ajoutant le mot-clé #mariagepourtous à son court message sur le réseau social.

"En France, pays de la liberté ou des libertés, pays de la Révolution et des Lumières, les débats témoignent d'un conservatisme et d'une ignorance absolument inimaginable", avait déjà déclaré M. Di Rupo début décembre.

En 2003, la Belgique est devenue le deuxième pays au monde, après les Pays-Bas, à autoriser le mariage des homosexuels. Depuis lors, quelque 1.000 mariages entre personnes du même sexe sont célébrés chaque année en Belgique, où les homosexuels peuvent également adopter des enfants depuis 2006 et avoir recours à la procréation médicalement assistée (PMA).

Socialiste et francophone, Elio Di Rupo, 61 ans, avait été contraint de révéler son homosexualité en 1996, en pleine affaire Dutroux, lorsqu'un jeune homme l'avait accusé d'avoir abusé sexuellement de lui lorsqu'il était mineur. Il en était sorti totalement disculpé, mais meurtri.

Devenu Premier ministre fin 2011, il continue à assumer discrètement son homosexualité, ne s'affichant jamais avec son compagnon dans ses activités publiques. La question de l'orientation sexuelle du Premier ministre ne fait d'ailleurs pas débat dans le pays.

Depuis qu'il a pris la tête du gouvernement, Elio Di Rupo a néanmoins accentué dans ses déclarations son soutien aux homosexuels, notamment les jeunes, alors que la Belgique a connu plusieurs meurtres homophobes en 2012.

Entre 340.000 et 800.000 manifestants ont défilé dimanche à Paris contre le mariage homosexuel que veut légaliser le président socialiste François Hollande, qui a annoncé maintenir son projet de réforme.