Belgique

De nombreux épiscopats extra-européens dénoncent les agences de l'ONU qu'ils jugent coupables de leur imposer via "une sorte de dictature idéologique" des "pratiques" contraires à leur morale telles que la contraception, l'avortement et le mariage homosexuel, une "liberté d'expression" que semble leur envier Monseigneur Léonard dans un commentaire après une semaine de synode sur la famille au Vatican.

"Beaucoup d'épiscopats africains et certains épiscopats latino-américains et même océaniens dénoncent les agences liées à l'ONU qui veulent leur imposer, par une sorte de dictature idéologique, des pratiques contraires à leur culture et à leurs convictions morales (contraception systématique, avortement, "mariage" homosexuel, etc.), en conditionnant l'aide économique à la promotion de ces pratiques", observe l'archevêque de Malines-Bruxelles dans un commentaire sur le site internet de l'Eglise catholique belge info.catho.be.

Monseigneur Léonard loue dans le chef des autorités religieuses évoquées "une liberté d'expression qu'on trouve rarement en Occident". Il rapporte notamment la réaction d'évêques africains qui n'hésitent pas à dire "Gardez votre argent et nous garderons nos valeurs!" et qui appellent les évêques occidentaux à "soutenir leurs confrères dans leur résistance à la pensée unique".

Convoqué par le pape François, le synode, qui réunit quelque 200 évêques au Vatican, se termine dimanche soir.

Une attaque "réactionnaire" du chef de l'Eglise

La députée PS Karine Lalieux a dénoncé mercredi une nouvelle attaque "réactionnaire" de Monseigneur Léonard qui a fait écho à des critiques d'une partie de l'épiscopat extra-européen contre les agences de l'ONU qui imposeraient leurs vues, via une "sorte de dictature idéologique", en ce qui concerne la contraception, l'avortement ou le mariage homosexuel. Il s'agit d'une nouvelle attaque contre "les droits essentiels des femmes à pouvoir choisir de donner la vie ou non, d'avoir des enfants, et contre le mariage homosexuel et le choix de pouvoir vivre son orientation sexuelle", a réagi la députée.

"Il ne revient ni à l'Eglise ni à quiconque d'autre de pouvoir imposer ces choix", a précisé Mme Lalieux.

Celle-ci a en outre rappelé avoir été l'auteure d'une résolution, largement adoptée à la Chambre, relative à la santé et aux droits sexuels et reproductifs dans le cadre des objectifs du Millénaire. Ce texte laisse la part belle aux agences de l'ONU, a-t-elle souligné.

La députée a dit espérer que le synode sur la famille réuni au Vatican n'allait pas conclure en suivant un point de vue aussi "conservateur" que celui exprimé par l'archevêque de Malines-Bruxelles.