© Photonews

BelgiqueVidéo

Mgr Léonard s’en prend au Parlement

Christian Laporte

Publié le - Mis à jour le

Ce n’est qu’un livre de 117 pages mais "Agir en chrétien dans sa vie et dans le monde" de Mgr Léonard va à coup sûr (re)susciter des débats passionnés. Longtemps professeur à l’UCL, l’archevêque a gardé la nostalgie de l’époque où il était coutumier de belles joutes morales et philosophiques.

Devenu évêque, il continua à écrire, auteur d’une vingtaine d’ouvrages mais le prof s’est effacé. C’est dire si ça lui a plu de se remettre à sa table de travail pour inviter les chrétiens à agir comme tels. Un exercice mené en français et en néerlandais.

Jeudi, Mgr Léonard présentait la version flamande à Malines. Son objectif ? "Montrer qu’une morale attentive à la loi naturelle, soit laïque ou catholique, embrasse toutes les dimensions de l’existence. Car la vie morale est dynamisée par la recherche inlassable du bonheur et habitée par l’espérance."

L’auteur y aborde 11 thèmes, démarrant des enjeux relatifs à l’environnement large (la création, la spiritualité, la politique, l’économie, la paix, l’art et l’éducation) avant d’évoquer les enjeux familiaux (la sexualité, la fécondité, la famille) et de conclure par la prière. Une réflexion de haut vol marquée du sceau de sa pensée.

Or dans le chapitre politique, il déplore "les nombreux abus commis actuellement en matière de démocratie parlementaire" . Selon lui, "le Parlement s’attribue le droit de décider par vote majoritaire du sens de la sexualité, de la différence du masculin et du féminin, de la signification du mot mariage, du rapport métaphysique de l’être humain à la finitude et à la mort, de la qualité des embryons méritant ou non d’être respectés, etc." .

Mgr Léonard s’en prend aussi à "la politique européenne si bureaucratique et si mercantile". Pour l’archevêque, il y a "urgence que des hommes et des femmes aux convictions chrétiennes fortes s’engagent dans la politique à tous niveaux" . Ils doivent être "solides" "car des oui et des non seront nécessaires dans des matières essentielles où la dignité de l’homme est directement en jeu" .

Sa conclusion ? "Dans une société séculière et pluraliste, les chrétiens doivent pouvoir exprimer leurs convictions fortes car ce serait une grave erreur de les exclure de la vie publique, comme si seuls les athées et les agnostiques avaient droit à la parole."

Dès lors, "un ordre politique correct dépend de l’engagement de tous quelles que soient leurs convictions pour une loi naturelle précédant métaphysiquement toute loi positive. Sans le sens d’une transcendance, le danger nous guette d’une démocratie arrogante, estimant qu’un vote suffit à fonder le droit" .

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci