Belgique

Me Georges-Henri Beauthier, avocat de victimes de Marc Dutroux et de l'ex-femme de ce dernier, a introduit mardi un pourvoi en Cassation, après la décision de libération sous conditions de Michelle Martin, rendue en matinée par le tribunal de l'application des peines. Il déplore toutefois ne pas avoir pu consulter le jugement. "Nous avons introduit un pourvoi juste après que la décision a été rendue. Nous rédigerons le mémoire ultérieurement car nous n'avons pas encore reçu le jugement. C'est un peu comme si j'allais annoncer dans un hôpital que mon frère était blessé mais en son absence", a commenté l'avocat de Jean-Denis Lejeune et Laetitia Delhez.

Me Beauthier a demandé à la présidente du tribunal une copie du jugement mais cette faveur lui a été refusée par écrit. Lors de l'examen de la dernière demande de la libération de Mme Martin, le TAP avait refusé d'accorder aux parties civiles le droit de prendre connaissance du plan de réinsertion déposé par la défense. La demande des parties civiles reposait sur trois arrêts de la Cour européenne des Droits de l'homme de Strasbourg consacrant le droit des victimes d'être parties au débat.

Me Georges-Henri Beauthier n'est pas surpris par la décision rendue mardi par le TAP mais s'interroge sur les conditions imposées par le tribunal. "Nous ne sommes pas contre une libération mais pas à n'importe quelles conditions. Concernant l'indemnisation, rien ne semble vraiment prévu. Mme Martin travaillerait et se verrait en échange offrir le gîte et le couvert. On appelle cela du travail au noir", a déclaré l'avocat.