Pas de tournevis pour réparer les trains, des étudiants comme sous-chefs de gare: les cheminots dénoncent leurs conditions de travail

Sarah Freres
Pas de tournevis pour réparer les trains, des étudiants comme sous-chefs de gare: les cheminots dénoncent leurs conditions de travail
©Jean-Luc Flémal

Flexibilité du travail. C’est le nouveau leitmotiv des entreprises ferroviaires. Une vision que ne partagent pas les organisations syndicales. Et c’est un euphémisme. "Les chemins de fer sont mal gérés et ce sont les travailleurs qui trinquent", "il n’y a plus de notion de respect, d’écoute ou de dialogue", "le management est de plus en plus composé de contractuels qui ne connaissent ni le terrain, ni nos métiers" … Lors d’une réunion organisée par la CSC-Transcom, où

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet