Les Belges sont réticents à l'idée de retourner dans les transports en commun, "les grands perdants de la crise"

D'après une enquête de la VUB, 40 % des Belges ont indiqué qu’ils ne feraient pas non plus la navette après l’assouplissement des mesures, principalement parce que le télétravail est obligatoire ou possible au sein de l’entreprise.

Les Belges sont réticents à l'idée de retourner dans les transports en commun, "les grands perdants de la crise"
©BAUWERAERTS DIDIER

D'après une enquête de la VUB, 40 % des Belges ont indiqué qu’ils ne feraient pas non plus la navette après l’assouplissement des mesures, principalement parce que le télétravail est obligatoire ou possible au sein de l’entreprise.

Comment voulons-nous nous déplacer après la crise ? Et quel mode de transport allons-nous favoriser ? Pour recueillir des informations concernant l’impact de cette crise sur la mobilité,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité