Bilan positif pour la vague de contrôles routiers organisée en Belgique

La police fédérale de la route et les zones polices locales belges ont organisé des contrôles routiers du 16 au 22 septembre sur l'entièreté du territoire, a annoncé la police fédérale dans un communiqué.

Bilan positif pour la vague de contrôles routiers organisée en Belgique
©BELGA

Ces contrôles se déroulaient dans le cadre des "Roadpol Safety Days," une vague de contrôles routiers lancée partout en Europe par Roadpol, le réseau européen des polices de la route. Durant cette semaine d'actions, les services de police ont axé leurs contrôles sur les différentes priorités en matière de circulation routière : vitesse, équipements de sécurité (port de la ceinture, utilisation adéquate des sièges-enfants,?), distraction au volant (utilisation du GSM,...), conduite sous influence (alcool, drogue, gaz hilarant,...) et transport lourd.

Au total, 200 lieux ont fait l'objet de contrôles de vitesse, mobiles ou statiques sur l'ensemble de la Belgique. 213.900 véhicules ont été contrôlés et 406 d'entre eux ont été interceptés directement pour vitesse excessive. 10 732 conducteurs ont reçu une amende, et neuf d'entre eux ont eu un retrait de leur permis.

Sur les 937 conducteurs contrôlés pour conduite sous influence, dix d'entre eux ont été positifs, dont un sous l'influence de la drogue. 87 infractions liées au port de la ceinture, 103 infractions liées à l'utilisation du GSM et un peu moins de 200 infractions de roulage au volant ont été constatées par les services de police belge.

Une opération qui est un succès, selon la ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden : "Le nombre élevé, mais surtout la diversité des contrôles organisés à cette occasion ont permis de mener une sensibilisation à grande échelle. Ce genre d'action reste importante pour nous faire prendre conscience de la responsabilité qui est la nôtre sur les routes. En tant que ministre, je tiens à continuer d'insister sur cette responsabilisation", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

Il reste toutefois encore du travail pour améliorer la sécurité routière en Belgique. "Les chiffres en matière de sécurité routière sont très mauvais dans notre pays. Les radars-tronçons augmentent le risque d'être intercepté et constituent donc une étape cruciale dans l'amélioration de la sécurité routière. Les radars fixes permettent de réduire le nombre total d'accidents corporels de 20 %. De plus, un parquet national dédié à la sécurité routière va être créé et permettra de centraliser le traitement des amendes routières et d'augmenter les chances de sanctionner les auteurs d'excès de vitesse", a annoncé le vice-Premier ministre et ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne.