La police va contrôler l’alcool au volant, jusqu’à lundi matin

La 13e édition du week-end sans alcool au volant" a démarré vendredi soir et se terminera ce lundi à 6 h.

La police va contrôler l’alcool au volant, jusqu’à lundi matin
©BELGA

Soyez très vigilant si vous prenez la voiture ce week-end ! La 13e édition du "week-end sans alcool au volant" a démarré ce vendredi soir, à l’initiative de la police fédérale de la route. Elle se clôturera ce lundi à 6 h.

Cette action, menée dans toute la Belgique, est dite "intégrée", car elle rassemble la police fédérale et les 119 zones de police locale. "En effectuant des contrôles d'alcoolémie supplémentaires, les services de police souhaitent sensibiliser les usagers de la route aux dangers de l'alcool au volant", souligne la police fédérale.

Lors de la 12e édition du "week-end sans alcool au volant", en juin 2021, la police avait retiré 193 permis de conduire, dont 111 pour alcoolémie et 83 pour conduite sous l’influence de stupéfiants. Au total, 18 371 automobilistes avaient été contrôlés, dont 2,83 % présentaient un taux d’alcool dans le sang dépassant la limite autorisée. La tendance était à la hausse par rapport à l’édition précédente où, sur 17 735 personnes contrôlées, seules 1,91 % étaient en infraction.

De son côté, Vias, l'institut belge de la sécurité routière, précise que la Belgique est un mauvais élève en termes de conduite sous l'influence de l'alcool, plus mauvais encore que la plupart des autres pays européens. "Un taux d'alcool de 0,5 multiplie par 2,5 le risque d'accident mortel. L'alcool joue donc un rôle prépondérant dans les accidents car il influence de nombreux aspects du comportement au volant. En moyenne, le foie a besoin d'une heure et demie pour éliminer un verre d'alcool standard. Exemple, si quelqu'un boit 10 verres à partir de 23 heures du soir, il lui faut environ 15 h pour éliminer toute la quantité d'alcool ingurgité. En d'autres termes, le lendemain matin à 8 h, cette personne est encore sous influence et punissable si elle se rend dans la circulation", conclut Benoît Godart, porte-parole de Vias

Sur le même sujet