"Bloquer les navetteurs coûtera très cher à Bruxelles. La Région est quasi en faillite et s’ils ne font pas attention, ils n’auront plus de moyens pour investir"

Bruxelles entend limiter le trafic automobile dans ses quartiers. Mais quel est le point de vue des employeurs wallons et flamands?

"Bloquer les navetteurs coûtera très cher à Bruxelles. La Région est quasi en faillite et s’ils ne font pas attention, ils n’auront plus de moyens pour investir"
©Photo : Jean-Luc Flémal / Logo : Raphaël Batista
La mobilité dans Bruxelles et ses abords constitue un enjeu économique majeur pour les régions qui l'entourent. "Il y a 350 000 navetteurs qui se rendent chaque jour à Bruxelles, dont plus de 60 % viennent de Flandre. Bruxelles doit rester accessible par tous les moyens de transport, en y incluant les transports en commun mais aussi les voitures, assène Eric Laureys, porte-parole du Voka, l'organisation patronale flamande. Bruxelles n'est...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet