Trains toutes les 15 minutes dans les grandes villes, énergie 100% verte, grille tarifaire attractive... : le gouvernement fédéral approuve son plan Rail 2040

Présenté il y a plusieurs semaines par le ministre fédéral de la Mobilité Georges Gilkinet, le plan Rail du fédéral ne devait plus passer que l'écueil du gouvernement.

Trains toutes les 15 minutes dans les grandes villes, énergie 100% verte, grille tarifaire attractive... : le gouvernement fédéral approuve son plan Rail 2040
©Belgaimage
Y. N.

Une formalité qui fait désormais partie du passé : les ministres fédéraux, réunis en kern, ont validé ce vendredi matin ce plan qui, selon les dires du ministre Gilkinet, "fixe un cap clair, ambitieux et motivant qui permettra d’assurer la cohérence et la solidité des décisions à prendre en matière de politique ferroviaire pour les 20 prochaines années". Ce plan, baptisé Vision Rail 2040, vise notamment à améliorer "l'efficience" de la SNCB et du service clients. "Aujourd'hui, nous mettons le train de demain sur les rails, se rréjouit le ministre Gilkinet. Pour la première fois, nos entreprises ferroviaires, mais aussi l’ensemble des parties prenantes, disposent d'une vision à long terme dans le but d'offrir au client le meilleur service possible. De cette manière, le gouvernement fédéral veut écrire l’avenir du rail belge, avec l’objectif d’attirer encore plus de personnes et d'entreprises vers le train, le moyen de transport le plus écologique. Grâce à cette vision, tous les acteurs publics et privés du train pourront prendre les meilleures décisions pour préparer demain !"

Un plan qui, selon le gouvernement, arrive à point nommé. Notamment pour répondre aux défis climatiques, à la lutte contre la pollution atmosphérique, à la congestion du trafic ou encore à l'explosion des prix des carburants. "Le train est une réponse à chacun de ces défis, assure Georges Gilkinet. A condition de faire des choix clairs et efficaces, tant sur le plan organisationnel et réglementaire que sur le plan budgétaire et économique. Des choix qui reposent sur une réflexion approfondie de la mobilité que nous voulons pour demain et après-demain. En outre, cette vision va aider nos entreprises ferroviaires à préparer l'avenir, au vu de la libéralisation du marché du transport de passagers voulue par l'Europe."

Concrètement, l'objectif est de faire passer la part du train dans le transport de passagers à 15 %, contre seulement 8 % aujourd'hui. Et de 12 % à 20 % pour le fret. "A politique inchangée, le Bureau fédéral du Plan a récemment estimé que le nombre de passagers du rail n'augmenterait pas, précise le ministre dans un communiqué. Aujourd'hui justement, le gouvernement fédéral choisit explicitement de ne pas poursuivre le "business as usual", mais plutôt de se donner les moyens d'attirer davantage de passagers et d'entreprises vers le train."

Pour y arriver, le gouvernement veut compter sur des liaisons ferroviaires "plus fluides et fiables, avec un choix maximal de destinations, un train toutes les 30 minutes sur tout le réseau et toutes les 15 minutes autour des grandes villes, ainsi qu’un horaire intégré".

Autres améliorations souhaitées par le gouvernement : une meilleure accessibilité des gares et des trains et une politique tarifaire attractive ainsi qu'une amélioration de la concurrence avec le trafic aérien grâce au retour des trains de nuit (NDLR : une seule liaison pour l'instant, vers Vienne) et à grande vitesse ainsi qu'un service ferroviaire connecté aux capitales européennes au départ de Bruxelles qui deviendrait alors un "hub ferroviaire naturel".

A terme, l'objectif sera également de rendre le train encore plus écologique qu'il ne l'est aujourd'hui. Notamment en utilisant de l'énergie 100% verte pour propulser les wagons "Enfin, l'intermodalité est au cœur du plan.Pour faire du train la colonne vertébrale de la mobilité, le train devra être connecté aux autres solutions de transport régionale et une accessibilité multimodale des gares par des modes actifs et/ou partagés sera systématiquement assurée.Dans le futur, les horaires des différents modes de transport public seront mieux coordonnés. Et toutes ces décisions feront de la mobilité une véritable liberté."