Ces voitures étrangères qui passent entre les mailles du filet : moins de 2% des amendes infligées à Bruxelles sont finalement payées

Seuls les véhicules français et hollandais font exception grâce à un accord de transparence. Exemple à Saint-Josse, où le manque à gagner de ces véhicules étrangers s’élève à plus de 600.000€.

Ro.Ma.
Ces voitures étrangères qui passent entre les mailles du filet : moins de 2% des amendes infligées à Bruxelles sont finalement payées
©B.D.

Tous les automobilistes ne sont visiblement pas égaux face aux amendes de stationnement… Une grande majorité des conducteurs au volant de voitures aux plaques d'immatriculation étrangères, à l'exception des Français et des Hollandais, ne paient en effet pas leurs redevances. Interpellée par Sevket Temiz (PS), la ministre de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen) a confirmé ce mardi en commission que "le taux de recouvrement des plaques étrangères est très inférieur à celui des plaques belges".

Parking.brussels nous détaille : le taux de recouvrement (donc de paiement) des amendes étrangères "ne dépasse pas 2 %", si on omet les véhicules hollandais et français… alors que ce taux dépasse les 70 % auprès des véhicules belges.

L'agence travaille avec un bureau d'huissiers… mais cela s'avère peu fructueux. Les causes : une multiplicité de systèmes nationaux, et "des procédures lourdes qui n'aboutissent généralement pas", soupire la ministre.

Une exception donc : les véhicules français et néerlandais. Le fédéral a négocié un accord de réciprocité… et cela fonctionne. Les poursuites se font donc dans ces pays, "comme s'il n'y avait pas de frontière"… et avec succès. Parking.brussels nous indique que le taux de paiement des amendes françaises et néerlandaises est similaire à celui des véhicules belges.

“Un problème qui empire”

Face à cette situation, parking.brussels envisage de placer à l’avenir des sabots aux véhicules étrangers systématiquement en tort. Le contrat de gestion le prévoit déjà, mais il manque désormais l’aval des communes et la modification des règlements.

Sur cette question, Saint-Josse, qui est particulièrement touchée par le phénomène et qui n'a pas délégué sa gestion à parking.brussels, prend visiblement les devants. "Dès la rentrée", des sabots seront mis aux véhicules étrangers en infraction régulière, nous indique l'échevin Philippe Boïketé (PS). D'autres entités ont déjà également mis en place ce système par le passé.

"Cela a déjà été fait à une époque. On veut donner un signal aux habitants, et aussi à ceux qui respectent les règles." Il faut dire que le manque à gagner est conséquent pour la petite commune : environ 25 % des amendes tennoodoises concernent des véhicules étrangers, c'est-à-dire 627.000€ sur lesquelles les autorités locales "ne récupèrent pas grand-chose".

Selon l'échevin, le problème ne concerne pas les touristes d'un jour, mais principalement les habitants qui possèdent un véhicule immatriculé à l'étranger pour échapper aux prix du stationnement… ainsi qu'à toute la fiscalité automobile. "C'est un problème qui empire. De plus en plus de personnes décident de se procurer un véhicule à l'étranger et roulent avec en Belgique… Ils évitent ainsi les prix, la Lez, les taxes, les contrôles techniques", dénonce le mandataire.