Le bourgmestre d’Anderlecht veut retirer le plan Good Move à Cureghem

La commune devrait revoir le plan de circulation, suite aux protestations. Au risque de faire tache d’huile ?

Le bourgmestre d’Anderlecht veut retirer le plan Good Move à Cureghem
©BELGA

Au terme de plusieurs jours de discussion, le bourgmestre d'Anderlecht, Fabrice Cumps (PS), a proposé aux élus de la majorité de revenir sur l'implémentation du plan régional de mobilité Good Move dans le quartier de Cureghem. "J'ai proposé au collège de revenir sur cette phase test à Cureghem et de repartir à zéro", a-t-il expliqué en fin de journée. "Je pense que l'erreur qu'on a faite, c'est qu'on a voulu embrasser un trop grand périmètre, on a visé trop large. On doit rediscuter maintenant à l'échelle du microquartier de Cureghem et pouvoir arriver à quelque chose qui fasse consensus. On va garder le même périmètre d'ensemble mais le rediscuter en plus petit sous-comité", déclarait-il sur les ondes de BX1.

Rapidement, l'échevine de la Mobilité Susanne Mueller-Huebsch (Groen) a réagi. Selon elle, il n'est pas encore question de parler de retrait du plan Good Move mais plutôt d'une adaptation du plan, mais aussi de la méthode. "Nous avons entendu les retours des citoyens. Nous avons d'ailleurs déjà proposé, la semaine dernière, d'enlever les blocs de béton, de modifier certains aménagements et de revoir le plan de circulation sur base des préoccupations des personnes vivant dans le quartier, des commerçants et du secteur associatif, très présent à Cureghem. Nous avons également proposé une nouvelle concertation générale quartier par quartier sur le plan actuel", précise l'écologiste.

Pour l’opposition, une perte de temps

Elle appelle toutefois à ne pas anticiper la décision de l'ensemble du collège tant que les discussions ne sont pas terminées. "Je suis étonnée de voir cette sortie du bourgmestre alors que nous discutions toujours."

Il ne resterait que peu de doutes sur l'issue des discussions. "Les élus Écolo-Groen cherchent actuellement la bonne formulation, on est sur une question de mots", glisse un édile.

Dans l'opposition, on dénonce le temps perdu. "J'espère que la réponse du collège sera sans ambiguïté et que l'on pourra repartir d'une page blanche afin de restaurer une confiance qui a été largement abîmée durant cette séquence", commente Gaëtan Van Goidsenhoven (MR), conseiller communal.

Cette décision intervient après de nombreuses protestations, parfois violentes, dans ce quartier d’Anderlecht. Pour rappel, la Région bruxelloise avait désigné quatre quartiers "tests" pour l’implémentation de la première phase du plan "Good Move". Ce plan de mobilité, discuté sous la précédente législature mais dont la mise en place a réellement commencé en 2020, entend redéfinir le sens de circulation dans les quartiers en dirigeant le trafic automobile vers les axes dits structurants. L’objectif voulu par la Région est d’apaiser les quartiers en évacuant le trafic dit de transit.

L’échevine reçoit insultes et menaces

À Cureghem, ce nouveau plan de circulation était entré en vigueur pendant les vacances. Il s’était rapidement heurté à une véritable levée de boucliers. Des habitants excédés avaient déplacé les blocs de béton censés rediriger les voitures. La protestation était montée d’un cran lors du collège communal de jeudi dernier. Le climat était devenu tellement tendu que l’échevine de la Mobilité avait reçu une protection policière informelle suite à des menaces.

Quelques semaines à peine après la mise en place de cette "maille apaisée", la majorité fera-t-elle machine arrière, au risque que le mouvement fasse tache d'huile ? En effet, l'avenir du plan Good Move semble en suspens dans plusieurs autres communes de la Région bruxelloise. L'échevin de la Mobilité Abdellah Achaoui (PS) refuse de trancher et d'avancer trop vite. "Aujourd'hui, quand je vois le résultat de Good Move dans certaines communes, je m'interroge sur ces changements radicaux sans tenir compte des habitants et des commerçants. Je ne veux pas leur occasionner de dommages", déclarait-il récemment à La Libre .