"Cela obstrue la vue et peut être une source de distraction pour le conducteur", ont-ils indiqué mardi. En principe, les agents de police peuvent même infliger des amendes si la vue du conducteur est obstruée par un objet inutile. L'image est courante depuis le début de la crise sanitaire : dans de nombreuses voitures, un masque buccal pend au rétroviseur intérieur. Il s'avère que ceci est une mauvaise idée, non seulement pour des raisons d'hygiène, mais aussi pour des raisons de sécurité. Accrocher un masque buccal au rétroviseur intérieur obstrue la vue, de sorte que les cyclistes, les motocyclistes ou les piétons peuvent momentannément sortir de la vue du conducteur.

"Nous déconseillons d'accrocher les masques buccaux aux rétroviseurs. Il vaut mieux les ranger en toute sécurité dans un sachet. Le fait que le masque puisse se balancer de gauche à droite peut être source de distraction et peut provoquer des situations dangereuses", souligne Stef Willems, porte-parole de l'Institut Vias. L'organisation de mobilité VAB indique également que l'angle mort peut être élargi par le masque buccal.

Au Luxembourg, une interdiction concernant le fait d'accrocher un masque au rétroviseur, existe déjà. Des amendes de 49 euros sont infligées à toute personne prise en flagrant délit. En Belgique, ceci n'est pas explicitement mentionné dans le code de la route, bien qu'une amende, pouvant aller jusqu'à 120 euros, ne soit pas exclue. "La visibilité doit être garantie à tout moment. Si un agent de police respecte strictement les règles, il peut donc infliger une amende au conducteur", ajoute Joni Junes, porte-parole du VAB. "Nous ne prônons pas de telles amendes, mais nous demandons aux gens de ranger leur masque buccal en toute sécurité."