Selon le gouverneur, la société de transport et le cabinet du ministre n'assument pas leurs responsabilités face à cette situation particulièrement présente dans les trains en direction de la côte.

Lundi matin, une nouvelle réunion de concertation a eu lieu entre le ministre compétent, le gouverneur et la SNCB à ce sujet et à propos de la sécurité dans les trains. Selon M. Decaluwé, cette concertation n'a rien donné.

"Une fois de plus, la concertation n'a pas été constructive. "La SNCB n'a été en mesure d'apporter une réponse à aucun des problèmes ni préoccupations. Nous avons donc eu la même discussion pendant un an sans aucune solution", a commenté le gouverneur.

Carl Decaluwé a par conséquent décidé de mettre le ministre Gilkinet en demeure. "Le cabinet de la Mobilité n'assume non plus aucune responsabilité. S'il n'y a pas de réponse à la mise en demeure, la voie du Conseil d'État reste ouverte. La fermeture des gares fait également partie des possibilités", a encore dit le gouverneur.

Le bourgmestre de Blankenberge, Daphné Dumery (N-VA), a dit soutenir la démarche du gouverneur. Selon elle, des concertations sont menées depuis des années sans aboutir à un résultat. "Le renforcement des mesures par le comité de concertation, en rapport avec les trains était un pas dans la bonne direction, mais on ne sait toujours pas comment la SNCB va gérer cela sur le plan pratique", a-t-elle ajouté.

Le bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein (Open Vl), veut écrire un courrier à la SNCB pour éviter une répétitio