Le député wallon André Antoine (CDH) craint ce qu’il appelle un "racket" du gouvernement bruxellois.