Le nombre d'accidents graves augmente de 66 % après le changement d'heure

Dans la nuit de samedi à dimanche, la Belgique basculera sous le régime de l'heure d'hiver. A trois heures du matin, il faudra donc reculer l'aiguille de sa montre pour qu'elle affiche désormais deux heures. Un changement à l'heure d'hiver qui devrait être l'avant-dernier : à partir de mars 2021, on devrait conserver définitivement l'horaire estival.

Ce qui n'est d'apparence qu'anodin peut en réalité avoir des conséquences graves. Chaque année, le changement d'heure constitue une période noire sur le plan de la sécurité routière. En particulier pour les piétons, plus exposés et moins visibles dans une obscurité qui tombe plus tôt. Selon les chiffres de l’institut Vias, expert en sécurité routière, lle nombre d'accidents avec blessés impliquant un piéton augmente de 34% pendant l’heure de pointe du soir. "Le nombre de piétons gravement blessés et tués dans un accident de la route connaît même une hausse de 66% durant l’heure de pointe du soir après le changement d'heure, précise Benoît Godart, porte-parole. Et cette augmentation est encore plus perceptible en Wallonie (+76%) et à Bruxelles (+75%)."

© Institut Vias/IPM Infographics

Non seulement il y a plus d’accidents mais ils seraient aussi deux fois plus graves. Ainsi, on enregistre une moyenne de 15 piétons tués par mille accidents en octobre avant le changement d'heure, contre 31 ensuite. "Il est probable que les vitesses d'impact au moment des accidents soient plus élevées après le changement d'heure en raison des conditions de visibilité moindres. Certains conducteurs ne voient pas le piéton et freinent donc beaucoup trop tard, voire pas du tout. Le fait que des trajets effectués en temps normal à la lumière du jour lors de l'heure de pointe du soir doivent être parcourus dans l’obscurité totale après le changement d'heure joue indéniablement un rôle."

A noter que les cyclistes sont aussi concernés. On recenserait cinq fois plus d'accidents impliquant un cycliste à l'aube et au crépuscule en octobre qu'en juin. "Alors qu'il y a pourtant probablement beaucoup plus de cyclistes sur les routes au printemps qu'en automne"

L'institut Vias livre donc ses conseils aux piétons : D'abord bien regardez avant de traverser et attendre que les automobilistes marquent l'arrêt ou entament un ralentissement, et porter des vêtements et sac à dos réfléchissants. Pour les automobilistes, mieux vaut adapter sa vitesse et redoubler d'attention, notamment au moment d'aborder des passages piéton. "Le passage à l’heure d’hiver représente le début d’une période plus périlleuse sur la route, confie Karin Genoe, administrateur-délégué à l'Institut Vias. Il est capital que les piétons et les cyclistes soient bien visibles, mais les automobilistes doivent aussi redoubler d’attention. Beaucoup d’accidents pourraient être évités si les uns et les autres respectaient les règles et faisaient preuve de courtoisie et d’empathie ».