La SNCB va organiser, à partir de lundi, un "service de trains d'intérêt national", qui doit garantir à la clientèle une offre de transport sur l'ensemble du territoire malgré la crise sanitaire du nouveau coronavirus, annonce-t-elle jeudi par communiqué.

L'offre de trains va être réduite du lundi 23 mars jusqu'au 5 avril inclus, à cause du nombre de malades sans cesse croissant au sein du personnel de la SNCB et d'Infrabel et parce que le taux d'occupation des trains est très faible, annoncent les deux opérateurs du rail jeudi. 75% des places assises seront maintenues.

Ce "service de trains d'intérêt national" vise à préserver la mobilité des Belges, malgré les mesures de confinement en vigueur depuis mercredi.

La SNCB et Infrabel font face à un nombre important d'absences pour maladie au sein de fonctions critiques comme le personnel de signalisation (15%) mais aussi chez les accompagnateurs (de 23 à 30% selon les régions). A cela se combine des trains désertés puisque le taux d'occupation moyen n'est plus que 8% et de 10% en heures de pointe.

L'offre sera donc adaptée dès lundi, avec un nombre de voitures par train maximum, afin que les passagers puissent maintenir des distances de sécurité entre eux.

Les axes IC seront desservis à raison de un ou deux trains par heure.

Les omnibus L et S auront une desserte de deux à trois trains pendant les heures de pointe.

Quasiment tous les trains IC partant aux environs de 21h et les omnibus qui partent vers 20h seront supprimés. La SNCB invite les voyageurs à consulter son planificateur de voyages pour tout départ après 19h.

L'offre sera fortement limitée entre 9 et 15h sur les lignes L et S.