La société bruxelloise de transports en commun (Stib) maintient son offre complète, contrairement aux sociétés De Lijn et SNCB.

La Stib veut garantir à ses usagers qu'ils pourront respecter les distances nécessaires entre eux pour éviter de propager le Covid-19. D'autres mesures sont prises par la Stib dans la lutte contre la pandémie: on ne vend plus de tickets de transport au sein des véhicules et l'entrée dans les bus se fait par l'arrière pour éviter les contacts inutiles avec le conducteur.

"Nous maintenons notre offre maximale, même si nous nous attendons également à une diminution du nombre d'usagers. Mais de la sorte, tout le monde pourra respecter la distance nécessaire" avec les autres, explique la porte-parole An Van Hamme.

Plus tôt lundi, la société de transports flamande De Lijn a annoncé restreindre son service et réduire de 14% son offre de bus et de 10% celle des trams. La décision est justifiée par une baisse de fréquentation, mais aussi parce que De Lijn a observé une augmentation du nombre de ses employés malades, menant à l'annulation aléatoire de plusieurs trajets de bus et de trams.

La SNCB a elle pris la décision dimanche d'annuler 95 trains P en heures de pointe. Les critiques n'ont pas tardé à suivre la décision de la société de chemins de fer. Le virologue Marc Van Ranst a ainsi déclaré dimanche soir qu'il trouvait la décision "stupide", car elle entraînerait une promiscuité plus élevée entre voyageurs.