Hauts lieux de concentrations humaines, les transports en commun sont des vecteurs potentiels de propagation des maladies. En ces temps d'épidémie de coronavirus, la SNCB, la Stib et les Tec ont-ils pris des mesures d'hygiène et de prévention particulières, à destination du personnel et des usagers ?


SNCB

Cinq cas de contamination au coronavirus sont à signaler au sein du personnel de la SNCB. La Commission nationale pour la prévention et la protection au travail (CNPPT) s'est réunie en urgence ce lundi, sur demande syndicale. Les représentants du personnel y ont fait remonter les inquiétudes d'une partie des travailleurs.

Les accompagnateurs, en effet, sont en contact avec la clientèle toute la journée et ils n'ont pas toujours accès à du savon à bord des trains car il fait parfois défaut dans les toilettes. A l'issue du CPPT, le syndicat socialiste CGSP fait savoir que la direction de la SNCB, qui applique déjà les recommandations du Service public fédéral Santé publique (se laver régulièrement les mains, éviter les poignées de mains...), s'est engagée à approvisionner les dépôts avec du gel désinfectant pour les mains et à fournir dans toutes les toilettes des trains de l'eau, du savon et des serviettes en papier.

Faut-il encore obliger les accompagnateurs à manipuler les titres de transport des voyageurs, ont demandé les syndicats ? La réponse de la direction n'est pas tranchée puisqu'elle souligne que le personnel en contact direct avec les usagers a "un droit de réserve nécessaire", c'est-à-dire qu'il peut "garder volontairement une certaine distance et se focaliser sur les tâches de sécurité et d'information".

Stib

Un cadre de l'entreprise est contaminé par le virus, a-t-on appris lundi. Cette personne est désormais confinée à son domicile. Une réunion du CPPT est en cours cet après-midi afin de discuter d'éventuelles mesures complémentaires à prendre, au regard de ce cas déclaré.

La société bruxelloise de transports ne confirme pas cette information, obtenue de source syndicale, mais un protocole d'hygiène a été annoncé lors d'une réunion de crise organisée la semaine dernière. Des lingettes et du gel désinfectant ont été distribués au personnel, "ce qui a apaisé ses craintes", précise le permanent CGSP Rachik Mohsine. Il a été demandé aux chauffeurs de bus de garder ouverte la fenêtre du véhicule se trouvant à leur gauche et de systématiquement ouvrir toutes les portes du bus quand un arrêt est marqué, afin de faire circuler l'air à bord pendant les trajets. De plus, les bus sont aérés en fin de service au terminus.

Tec

L'opérateur wallon a décidé ce lundi de prendre une mesure de nettoyage supplémentaire. Les postes de conduite seront nettoyés une fois par jour. Le Tec annonce aussi le nettoyage des barres et des sonnettes dans les véhicules. "Ces mesures ne sont pas recommandées par la phase 2 du SPF Santé publique", explique le porte-parole de l'opérateur wallon. Pour le reste, l'entreprise invite travailleurs et usagers à suivre les recommandations du SPF. A l'heure actuelle, aucun cas de Covid-19 n'a été détecté au sein du personnel des Tec.

Signalons encore que ni la SNCB ni la Stib n'annoncent de mesures particulières de désinfection des véhicules et du matériel roulant. L'intérieur des bus, trains et métros est nettoyé quotidiennement selon la procédure habituelle. La SNCB indique qu'un "effort supplémentaire" en matière de nettoyage des autres lieux de travail sera consenti.