"Cette décision nous préoccupe autant en termes d'accessibilité des territoires que d'inclusion, notamment en pensant aux personnes victimes de la fracture numérique, aux personnes âgées et aux personnes vulnérables", soulignent le ministre-président wallon Elio Di Rupo et le ministre de la Mobilité, Philippe Henry.

Ces derniers ont adressé ce jeudi un courrier à l'administratrice générale de la SNCB pour lui demander avec insistance que la position de la SNCB soit réexaminée en ce qui concerne la prolongation des mesures d'accompagnement et le choix des gares.

"La période actuelle de crise sanitaire n'étant pas propice aux déplacements, les personnes âgées auront peu l'occasion de se familiariser avec ces nouveaux outils digitaux. Le gouvernement souhaite donc que les mesures d'accompagnement soient prolongées afin de s'assurer que l'évolution vers les guichets électroniques se fassent de manière progressive", expliquent les ministres.

Quant au choix des gares, qui sont des "lieux structurants dans les communes visées", l'exécutif "souhaite qu'une concertation ait lieu avec les services de transport public wallons", le déploiement de l'offre wallonne de transports publics étant en cours et s'articulant notamment autour des liens avec le réseau ferroviaire.