Les travaux du Plan Lumières 4.0 de la Région wallonne viennent de commencer.

Illuminées depuis les années 50 et encore visibles depuis l’espace, les autoroutes belges doivent aujourd’hui faire face à un nouveau challenge : celui de proposer un maximum de sécurité aux automobilistes tout en répondant aux défis environnementaux, notamment en termes d’émissions de gaz à effets de serre.

La Région Wallonne, sous l’impulsion du ministre wallon de l’époque, Carlo Di Antonio, avait lancé, en mars, un projet “ambitieux et de longue haleine”, visant à renouveler l’ensemble de l’éclairage des autoroutes : le Plan Lumières 4.0. Lequel consiste en la conception et la gestion de l’éclairage public des routes wallonnes sur une durée de 20 ans. Exit les lampadaires fonctionnant au sodium, place aux lampes leds intelligentes. Dont coût : 600 millions d’euros sur 20 ans, financé par la SOFICO.

Les premiers travaux ont débuté à la fin novembre sur la N90. L’ensemble du réseau routier wallon (hors routes communales) devrait être remplacé d’ici la fin 2023. Il faut dire que le chantier est pharaonique : le projet prévoit le remplacement de pas moins de 110.000 points lumineux répartis sur 2.700 km de routes nationales et autoroutes. Un travail essentiellement pratiqué de nuit, pour limiter un maximum les impacts sur la circulation.

À terme, le plan devrait permettre de réaliser 76 % d’économie d’énergie. “Soit éviter un rejet dans l’atmosphère de 166.000 tonnes de CO2”, précise la Sofico.

Mais ce projet, ancré dans le Plan Lumières 4.0 de la Région wallonne, n’aura pas que des vertus environnementales. L’objectif est, aussi, d’en profiter pour davantage sécuriser les voiries. Le nouvel éclairage sera en effet de type intelligent. En très bref, les lampes s’adapteront au trafic selon l’intensité de celui-ci.

De même, elles s’adapteront à la météo tandis que les échangeurs s’illumineront à l’arrivée d’un véhicule. Et en cas de conducteur fantôme, les lampes clignoteront pour avertir du danger.

Enfin, en cas d’accidents ou de zones de chantier, l’intensité des lampes sera maximisée afin de mieux alerter les automobilistes en amont de l’incident.

Selon la Sofico, les premiers tronçons devraient être fonctionnels au printemps prochain.

© sofico