Il faudra en faire la demande sur une plateforme web et le pass sera nominatif.

Questionné lundi matin sur Bel RTL au sujet de la distribution d’un Rail Pass (rebaptisé récemment Standard Multi) gratuit à tous les Belges, François Bellot, le ministre fédéral de la Mobilité (MR), a indiqué que cette distribution, prévue au départ pour le 1er juillet, aurait lieu "le plus vite possible, au plus tard le 31 juillet". Impossible, selon le ministre, que la SNCB soit prête pour le premier jour des vacances d’été puisque, entreprise publique oblige, un marché public doit être passé et un cahier des charges établi.

Les modalités pour obtenir ce pass de dix voyages sont en tout cas désormais connues. Toute personne résidant en Belgique âgée de 12 ans et plus y aura droit. Mais il faudra en faire la demande via un formulaire en ligne, disponible sur une plateforme partenaire qui doit encore être identifiée. Le pass sera nominatif afin d’éviter les reventes. Il faudra dès lors être en possession de sa carte d’identité à bord du train pour prouver qu’on est bien le titulaire du pass. Il sera envoyé par la poste aux bénéficiaires, après vérification de la demande introduite.

Cette mesure de relance de l’économie, annoncée à l’issue du superkern du 6 juin, consistait à offrir à chaque personne résidant en Belgique un pass de dix voyages sur le réseau de la SNCB, valable du 1er juillet au 31 décembre 2020. Mais la décision politique avait été prise sans concertation avec la SNCB, au grand dam de sa patronne Sophie Dutordoir qui s’en était émue dans la presse. Car elle pourrait conduire à remplir de façon peu raisonnable certains trains vers des destinations touristiques et coûter très cher à l’entreprise, avait-elle souligné.

Un très gros manque à gagner pour la SNCB

La SNCB estime à environ 100 millions d’euros ses pertes de revenus si deux millions de personnes sollicitaient un Rail Pass gratuit (normalement vendu au prix de 83 euros), auxquels s’ajouteraient quelque 4 millions d’euros de frais de mise en œuvre. Rappelons que depuis le début de la crise sanitaire, la SNCB accuse une baisse de ses recettes commerciales de l’ordre de 75 millions d’euros par mois, à cause de la forte baisse de fréquentation des trains.