L’entreprise confirme la quasi-totalité de son plan de transport 2020-2023. De nouveaux arrêts et une nouvelle gare sont notamment prévus.

Malgré les nombreuses incertitudes liées à la crise du coronavirus, la SNCB a confirmé mercredi son ambition d'augmenter son offre de trains de 4,7% sur la période comprise entre décembre 2020 et 2023. Cette augmentation se déroulera en plusieurs phases. En tout, 189 gares bénéficieront de l'extension de l'offre.

Tous les autres projets de modernisation seront aussi poursuivis sans délai, annonce également l'entreprise ferroviaire, avec 44 projets confirmés pour la fin de l’année sur les 49 planifiés en 2020. A partir de décembre, entre autres nouveautés, 27 premiers et derniers trains seront ajoutés en semaine et le samedi sur plusieurs lignes. En semaine, le train qui relie Welkenraedt à Courtrai, en passant par Louvain et Bruxelles, s'arrêtera aussi à Ans. Le train P (de renfort en heures de pointe) qui assure la liaison entre Visé et Bruxelles-Midi fera arrêt à Louvain.

La liaison Jambes-Ottignies poursuivra son voyage jusqu'à Wavre et le Quévy-Tournai ira jusqu'à Mouscron. Le nombre de trains P augmentera entre Gembloux et Jemeppe-sur-Sambre. La gare d'Esneux sera desservie par la ligne Liège-Guillemins-Luxembourg.

Une nouvelle gare sera créée à Anderlecht.

L'épidémie de coronavirus aura eu un fort impact sur la fréquentation des trains, sur les finances de la SNCB mais aussi sur le remplacement du modèle de train actuellement en circulation sur la ligne Eupen-Ostende par des voitures M7 à double étage. En raison des limitations de production chez les fournisseurs Alstom et Bombardier, seuls 70% des voitures commandées seront livrées cette année au lieu des 100% prévus.