Chaque année, la Stib change le nom de certains arrêts de bus, tram ou de stations de métro. Cette année 2021 ne déroge pas à la règle. Mais, pour la première fois dans l'histoire de la vénérable institution bruxelloise, un arrêt portera le nom d'un actuel dirigeant de la société des transports intercommunaux bruxellois. Il s'agit de Kris Lauwers, directeur général adjoint de la Stib depuis le 1er février 2002.

C'est l'arrêt Parc , rue du Gentilhomme en plein coeur de Bruxelles, qui prendra le nom de l'ancien directeur général adjoint de la Stib. Mais pourquoi donc donner le nom d'un dirigeant de la Stib encore en fonction à un arrêt de bus ? "C'est un petit clin d'oeil pour le départ de M. Lauwers. M. Lauwers part à la pension cette fin d'année. L'arrêt portera son nom pendant quatre mois, jusqu'en avril. Après, il prendra un autre nom", explique la Stib. "Par ailleurs, nous voulions changer le nom de cet arrêt de bus "Parc" car il porte le même nom que la station de tram et métro situé près du siège social de la Stib. Cela créait une certaine confusion chez les voyageurs."

Dans la même veine, l'arrêt Centenaire devient l'arrêt Saint-Lambert (trams 7 et 19), l'arrêt Forestoise devient Gatti de Gamond (bus 48) et l'arrêt Forest Est devient l'arrêt Gare de Forest Est (bus 54)

Le député bruxellois Emmanuel De Bock (Défi) n'apprécie pas le 'clin d'oeil' de la Stib. "Mais qui donc au sein de la Stib a eu cette généreuse idée, alors qu’aucun mérite particulier n’est (re)connu à Monsieur Kris Lauwers, qui fut également ancien chef de cabinet CD&V de Jos Chabert. Il a ensuite succédé à Steven Van Ackere et s’était mis hors-jeu pour la fonction de directeur général de la Stib pour avoir dit dans la presse qu’il fallait traire les voyageurs et que voyager pour deux arrêts n’avait pas de sens", s"époumone le chef de groupe Défi au parlement bruxellois.

"Ce genre de pratique est inacceptable et totalement incompréhensible de la part d’un service public qui doit d’abord correctement assurer ses missions de transport public avant de s’amuser à donner le nom d’arrêts à un membre de sa direction. Cette décision en stoemeling doit être annulée. Je demande, à l’avenir, la mise en place d’une commission d’usagers de la Stib qui remettra différentes propositions au conseil d’administration de la Stib qui devra décider.