En termes de voyages et déplacements, des mesures très strictes avaient été conseillées par les experts de la Celeval. Au final, le Comité de concertation n’aura acté que peu de changements par rapport aux mesures de la semaine dernière.

La Belgique ne fermera ainsi pas ses frontières et les citoyens belges peuvent continuer à se déplacer où ils le souhaitent, sans dérogation comme c’est notamment le cas en France. La piste d’un périmètre maximal autorisé pour les déplacements était pourtant dans le rapport transmis par la Celeval à nos dirigeants politiques. Mais l’équipe De Croo a décidé de pas aller dans ce sens, en faisant confiance au citoyen belge dans sa capacité à limiter par lui-même ses déplacements non essentiels.

“On paie le désinvestissement dans les soins de santé”

Reste que les congés d’automne de nombreux de nos compatriotes vont être perturbés par ces nouvelles directives. Les parcs de vacances et les campings doivent ainsi fermer à partir du mardi 3 novembre et ce jusqu’au 13 décembre. Avant ce début de fermeture du 3 novembre, les activités en intérieur et en groupe sont suspendues dans les centres de vacances. Les repas pourront être consommés dans les maisons de vacances, par famille.

Si les hôtels peuvent rester ouverts, leurs bars et restaurants devront fermer. Ici aussi, les repas seront désormais servis directement dans les chambres. Enfin, jusque-là préservés, les zoos et parcs animaliers doivent également fermer leurs portes. “Nous affichions complets pour ce congé d’automne, se désole Jean-Jacques Cloquet, administrateur chez Pairi Daiza. On va proposer à nos visiteurs un voucher leur permettant de reporter leur séjour à une date ultérieure. Je comprends cette décision, vu l’urgence de la situation sanitaire. On paie des années de désinvestissement dans les soins de santé”.