Ce jeudi midi, le gouvernement bruxellois a adopté son projet de tarification kilométrique intelligente. Si la Flandre et la Wallonie doivent encore être concertées avant d'enterriner définitivement l'accord, ce plan a déjà suscité de vives réactions, notamment de la part de l'opposition. Le libéral Willy Borsus l'a en effet qualifié de "scandaleux", tandis que son président Georges-Louis Bouchez dénonçait une volonté du gouvernement de "détruire la région capitale"

Mais même au sein de la majorité bruxelloise, ce projet de péage urbain divise. Olivier Maingain, l'ancien négociateur gouvernemental bruxellois, regrette un mauvais timing pour annoncer le projet.


"En cette période de crise sanitaire, la précipitation du gouvernement bruxellois est regrettable", a-t-il déclaré cet après-midi sur Twitter. "Je rejoins la position des partenaires sociaux bruxellois qui l'invitaient à la postposer". 

L'ancien président de DéFi craint que cette précipitation n'entraîne un "échec total" du projet. "Le problème réel meritait mieux", conclut l'actuel bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert.