Dans un communiqué commun envoyé mardi, les deux associations de navetteurs TreinTramBus et Navetteurs.be, ainsi que Test Achats, réclament à la SNCB et au ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR) deux choses.

La première, c'est le retour des trains P, ces trains visant à renforcer l'offre dans les heures de pointe. La SNCB les avaient supprimés dès le 23 mars, tout comme d'autres. Depuis le 4 mai, davantage de trains circulent mais toujours pas les trains P.

"Bien que les mesures de télétravail soient, à ce stade, toujours privilégiées, un grand nombre de voyageurs reprennent à présent le train. La plupart des trains P ne circulent toujours pas, avec pour conséquences une diminution de l’offre et des temps de parcours allongés dans certaines gares moins bien desservies. Avec la reprise d’une activité proche de la normale, le retour des trains P devient nécessaire, en vue de mieux répartir les voyageurs dans les trains et de leur offrir plus d’alternatives dans leurs déplacements", soulignent les associations de navetteurs et Test Achats.

La seconde concerne une demande introduite par les trois associations le 8 avril au ministre Bellot et à la SNCB : le remboursement et/ou la prolongation des abonnements de train et de parking. "De nombreux voyageurs n'ont pas été autorisés à les utiliser en raison des mesures restrictives imposées par le Conseil national de sécurité. A ce jour, seules les conditions générales de vente sont appliquées. Les associations demandent à présent l’application de mesures exceptionnelles de remboursement."

Outre ces remboursements, TreinTramBus, Navetteurs.be et Test Achats souhaitent une prolongation de la validité des cartes de dix trajets et de la réservation des parkings non-utilisés jusqu’au 31 août. "Ces titres de transport sont la plupart du temps utilisés pour des voyages non-essentiels. Nous sommes conscients de l’impact financier pour la SNCB mais estimons que ce n’est pas aux voyageurs d’en supporter les frais. La perte de revenus doit être compensée par une intervention du fédéral", déclarent les organisations.

Contactée pour savoir quelle suite elle compte donner à ces deux demandes, la SNCB répond : "Nous sommes actuellement à une fréquentation de nos trains à hauteur de 181.000 voyageurs en moyenne par jours, contre 90.000 avant le début de la phase de déconfinement. Le taux d’occupation en heures de pointe est de 9%. A mesure des différentes phases de déconfinement prévues par le gouvernement, il y aura logiquement de plus en plus de personnes dans les trains. Lorsque les règles de distanciation sociales ne pourront plus être respectées, la SNCB reconsidérera la remise en route des trains P qui ne roulent pas actuellement".

Et sur le remboursement de certains titres de transport, la SNCB rappelle qu'elle a prolongé la validité des cartes de dix trajets (pour celles qui arrivent à échéance durant la période de confinement) jusqu’au 30 juin 2020. Elle ne devrait donc pas accéder à la demande des associations de navetteurs et de Test Achats.