Les agents de conduite ne décolèrent pas. Une lettre ouverte va être envoyée au ministre-président Vervoort (PS) et à la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen). Le blocage persiste à la Stib, entre les agents de conduite et la direction. Environ 80 % des chauffeurs de bus continueront d'invoquer leur droit de retrait pour la journée de vendredi.

La direction avait pourtant trouvé un accord ce jeudi soir avec les représentants syndicaux sur des dispositions complémentaires pour assurer la sécurité des usagers et du personnel, mais cet accord a été rejeté à l'unanimité par les chauffeurs.

"C'est tout simplement scandaleux ! Aucune de nos revendications visant à assurer la sécurité de nos voyageurs et chauffeurs n'a été entendue par la direction, si ce n'est le fait que le chauffeur n'est plus obligé de porter le masque dans son poste de conduite" , fustige Oliver, chauffeur de bus. "Des centaines de signatures sont actuellement en train d'être collectées pour signer une lettre ouverte adressée au ministre-président Rudi Vervoort (PS) et à la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt (Groen), vu que la direction de la Stib ne nous entend pas."

Outre le fait de ne plus être obligé de porter de masque dans leurs postes de conduite, d'autres mesures ont été présentées ce jeudi soir. Parmi celles-ci figurent la limitation des services coupés à un par quatorzaine ainsi que des aménagements permettant de se libérer en cas de besoin des obligations professionnelles au profit des obligations privées (possibilité de prendre des jours de congé supplémentaires).

Par ailleurs, afin de limiter les déplacements sur le réseau, le personnel de conduite est autorisé à prendre son service en ligne sans passer par le dépôt, comme il est déjà autorisé à le faire en fin de service. Les conducteurs et chauffeurs qui rejoignent leurs lignes peuvent se déplacer dans le poste de conduite opposé des trams et dans l’espace non-autorisé aux voyageurs, situé à l’avant des bus, ou dans le poste de conduite du métro.

Une durée de deux minutes supplémentaires est laissée au conducteur remplaçant sur ligne pour assainir, avec les produits et le matériel mis à disposition, son poste de conduite. Le nettoyage actuellement réalisé à certains terminus sera lui prolongé tant que nécessaire.

Enfin, comme déjà mentionné, le port du masque n’est plus obligatoire pour les conducteurs et chauffeurs quand ils sont seuls dans leurs postes de conduite. Cette dispense du port du masque est également accordée au personnel des Kiosk et Bootik lorsqu’il se trouve derrière la vitre du guichet, pour autant que la distance sociale soit respectée.

Le nettoyage actuellement réalisé à certains terminus sera lui prolongé tant que nécessaire.

Des mesures jugées trop légères

Des mesures jugées trop légères par les conducteurs, qui continueront à exercer leur droit de retrait ce vendredi. "Pourquoi chez De Lijn et à la TEC, on maintient une distance sociale dans les véhicules alors qu'à la Stib, on voit trois personnes par mètre carré, ou 150 personnes dans un bus/tram", poursuit Oliver. "Là aussi, nous craignons pour notre sécurité, celle de nos familles et celle de nos voyageurs."

Les chauffeurs espèrent pouvoir rencontrer les autorités bruxelloises compétentes ce vendredi.