Cette décision avait été prise par le gouvernement flamand à la fin du mois d'octobre et entre désormais en vigueur. Les contrôleurs n'avaient jusqu'à présent que le droit de réprimander les contrevenants, mais ils devaient attendre l'assistance de la police pour intervenir. Désormais, ils disposent des mêmes pouvoirs de contrôle que la police en ce qui concerne le port du masque.

Le non-respect du port du masque obligatoire dans les véhicules, aux arrêts et sur les quais par toute personne de plus de 12 ans est passible d'une amende administrative de 250 euros.

De Lijn compte un total de 170 contrôleurs, qui étaient déjà autorisés à donner des amendes aux voyageurs circulant sans titre de transport valable et à ceux affichant un comportement antisocial ou dangereux. Ils ont désormais également le pouvoir d'en infliger aux personnes ne portant pas de masque.

Les contrôleurs bénéficient par ailleurs de protections supplémentaires durant cette période de pandémie: ils portent des gants en nitrile, un masque et une visière de protection.

Outre l'obligation de porter le masque, De Lijn demande de maintenir une distance de sécurité. La porte avant reste fermée pour protéger le conducteur, de sorte que les passagers montent et descendent par la porte du milieu ou de l'arrière. Du film plastique est utilisé pour isoler le poste de conduite de la zone des passagers et le paiement en espèces n'est plus possible depuis un certain temps. La société de transport souligne également que tous les véhicules sont régulièrement désinfectés et qu'une attention particulière est accordée aux boutons poussoirs, aux poignées, aux barres et au poste de conduite.

Du côté du Tec, les contrôleurs conservent la fonction de prévention, de rappel et de contrôle, mais ne sont pas habilités à donner des amendes administratives. Seule la police peut verbaliser les contrevenants.

Les agents de la Stib sont, quant à eux, autorisés à infliger des amendes administratives aux personnes qui enfreignent les injonctions diffusées par la société de transport, mais celles-ci ne concernent pas spécifiquement le port du masque.