C’est peu dire que la ministre bruxelloise de la Mobilité attendait l’analyse de cette première semaine de rentrée avec une certaine angoisse. Statistiquement, ce ne fut pas le chaos. Elke Van den Brandt assure que rien n’est gagné, même si la tendance est positive. "C’est trop tôt pour tirer des conclusions de cette première semaine de rentrée", explique l’élue Groen. "Mais pour l’instant, on observe à l’échelle de la région globalement moins de voitures qui roulent par jour. Une grande partie des navetteurs sont encore en télétravail. L’on voit néanmoins un changement de mode de transport assez important chez les Bruxellois. Ceux qui utilisent d’habitude les transports publics ont repris leur voiture individuelle et, dans une moindre mesure, le vélo."

Selon Elke Van den Brandt, "les prochaines semaines vont être décisives. Elles vont dépendre de la part du télétravail, du retour de la confiance dans les transports publics et de l’attrait du vélo et de la marche pour les petits trajets. Nous mettons tout en place pour que la Stib soit la plus sûre et sécurisante possible et nous voulons continuer à rendre l’alternative à vélos attractive, notamment en augmentant les capacités de stationnement vélo, en sécurisant les itinéraires cyclables, et avec notre campagne de réparations de vélos qui attendent dans les caves de Bruxellois."