Cette disposition est insérée dans l'arrêté royal relatif au déploiement de la 5G qui sera transmis au Conseil d'État, et ensuite soumis au Comité de concertation en vue de son approbation, annonce-t-elle mercredi dans un communiqué. Le déploiement du réseau 5G, prévu en 2022 à la suite de la mise aux enchères des fréquences, s'accompagne d'un certain nombre de conditions pour les opérateurs, a précisé la ministre. Concrètement, après un an, le niveau de couverture national devra s'élever à 70 % dans le but d'atteindre une couverture minimale de 99,8 % dans un délai de six ans suivant le déploiement. En ce moment, avec la technologie actuelle, le niveau de couverture est de 98 %.

Les principales lignes ferroviaires bénéficieront également d'un niveau de couverture minimal "afin d'offrir une connexion Internet rapide au plus grand nombre de voyageurs possible", a ajouté Petra De Sutter mercredi en Commission Économie de la Chambre. Cela concerne notamment les lignes Bruxelles-Anvers, Anvers-Gand et Bruxelles-Liège.

Le projet de loi relatif à la 5G a également été discuté et approuvé par la commission. Il doit encore être approuvé en plénière.