Avec le déconfinement, Bruxelles a décidé d'augmenter le nombre de pistes cyclables pour soulager les transports en commun. Ainsi, 40 km de pistes cyclables supplémentaires feront prochainement leur apparition. Un problème selon François Bellot, le ministre fédéral de la Mobilité. Interrogé par nos confrères de la RTBF, il explique que ce changement est trop soudain. En effet, beaucoup de pistes cyclables ont été tracées sur des grands boulevards, limitant fortement la place pour les voitures. S'il reconnait la nécessité d'augmenter le réseau cyclable, il affirme néanmoins " qu'une ville cyclable doit être mûrement réfléchie". Le ministre est particulièrement inquiet pour la prochaine rentrée scolaire et la reprise complète des activités qui feront que le trafic deviendra encore plus dense qu'il ne l'est déjà. "Dès que les activités reprendront leur cours normal, si on réduit l’espace disponible pour que les voitures entrent dans Bruxelles, il y aura un impact sur la mobilité interne mais aussi externe (...) Je tire donc la sonnette d’alarme, mais je suis disponible pour en discuter avec les gouvernements des autres régions qui sont un peu inquiets de la situation", déclare-t-il.

Favoriser le télétravail ?

Depuis l'apparition de ces nouvelles pistes cyclables, les automobilistes doivent prendre leur mal en patience et céder du terrain aux deux roues. Une situation qui peut se révéler délicate et énervante. Ce que François Bellot comprend parfaitement. "Je crains le chaos. L’attractivité de la Région bruxelloise risque d’en prendre un coup (...) Je crains des aménagements aux carrefours qui seraient proches d’horreurs techniques, et des conflits entre cyclistes ou piétons et automobilistes auront lieu. Les piétons et les cyclistes sont des usagers dits 'faibles'. Ils ont donc légalement la priorité. J’ai déjà été témoin de situations où des cyclistes donnaient des coups de pied dans les voitures au carrefour Arts-Loi", confie-t-il. Le ministre poursuit en expliquant la situation actuelle: " Selon certains spécialistes, la capacité de la mobilité routière aujourd’hui a été réduite de l’ordre de 20 à 25%. Donc la capacité des déplacements en voiture est de l’ordre de 75 à 80% de ce qu’elle était avant la crise du Covid. Je suis favorable au télétravail ou au co-voiturage par exemple, mais l’enquête très récente du SPF Mobilité, montre combien les gens sont encore très attachés à leur voiture."

Actuellement, des travaux d'aménagement sont en cours pour réaliser des pistes cyclables 100% sécurisées. Le budget total de ces travaux devrait tourner autour des deux millions d'euros. Un investissement qui devrait attirer de nouveaux cyclistes et fluidifier le trafic, selon la ministre de la Mobillité bruxelloise, Elke Van den Brandt. 

Un avis que ne semble pas partager François Bellot...