Auditionnée ce jeudi matin en commission de la Mobilité, des Entreprises publiques et des Institutions fédérales, Sophie Dutordoir, la CEO de la SNCB a répondu, pour la première fois, à la possibilité d'une fusion entre la SNCB et Infrabel, le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire. 
 
Pour rappel, cette idée avait été évoquée il y a quelques mois par François Bellot, ministre fédéral de la Mobilité, dans une interview accordée à La Libre. Il estimait alors qu'une fusion des deux entités était devenue inévitable.

Une perte de temps

Alors qu'elle s'apprêtait à lister les différentes priorités de la SNCB pour le prochain gouvernement, la patronne de la SNCB a fait une parenthèse pour s'exprimer sur le scénario de la fusion. "Permettez-moi d'évoquer un sujet qui n'est pas prioritaire. Je suis convaincue de la grande perte de temps que constituerait la refusion d'Infrabel et de la SNCB, la création d'une holding ou un nouveau redécoupage, a-t-elle avancé. Au nom du client, je suggère de ne pas le faire. Vous savez tous que ce genre de débat peut mener à des situations néfastes. Pendant des années, nous avons vécu ce genre de situation et nous en avons souffert. Aujourd'hui, il y a deux entreprises avec un même objectif. J'ai du mal à m'imaginer un autre système (que l'actuel, NdlR)."