Le gouvernement rencontrera mercredi à 10h le Groupe des 10 au Lambermont, ont annoncé le Premier ministre, Charles Michel, et le ministre de l'Emploi, Kris Peeters.

Le "kern" fera une proposition de médiation aux partenaires sociaux après le rejet de l'accord interprofessionnel (AIP) par la FGTB. Les deux ministres déplorent ce rejet d'un accord pourtant ratifié par les trois syndicats. Ils rappellent les "avancées importantes" qu'il comportait, notamment pour l'augmentation des salaires, la revalorisation des allocations sociales les plus basses, l'employabilité des travailleurs et la compétitivité des entreprises par le biais des heures supplémentaires.

"La qualité du dialogue social est pour notre gouvernement une attention constante. Les partenaires sociaux ont un rôle essentiel. La concertation sociale est un socle solide et créatif pour mener à bien les réformes nécessaires. Cette concertation sociale est, à tous les niveaux de négociation, un élément permettant de garantir la stabilité et la légitimité des réformes entreprises. La conclusion d'un AIP est essentielle pour garantir un climat social stable favorisant le développement économique et la création d'emplois", ont déclaré MM. Michel et Peeters.

Une partie des dispositions de l'AIP doit être traduite dans des conventions collectives de travail conclues au sein du Conseil National du Travail avant d'être rendues obligatoires par arrêté royal. Or, l'opposition du syndicat socialiste pourrait entraver la concertation au sein du CNT. Le gouvernement entendra donc mercredi les partenaires sociaux. Sa marge de manœuvre est toutefois réduite vu l'équilibre délicat sur lequel repose l'accord. La FEB a déjà appelé le gouvernement à la mise en œuvre intégrale de l'AIP.