Un recours déposé au Conseil d'État en 2014 par le gouvernement flamand contre une concentration des routes aériennes de l'aéroport de Bruxelles (Zaventem) jugée trop forte sur la périphérie Nord a été introduit trop tardivement et a pour cette raison été déclaré irrecevable, rapporte vendredi De Standaard. 

L'exécutif Peeters II (CD&V, sp.a, N-VA) s'était opposé en février 2014 au plan Wathelet qui modifiait, quelques mois avant les élections, plusieurs routes aériennes, aux dépens de la périphérie Nord de Bruxelles, jugeait-il. Cinq communes flamandes l'avaient poussé à introduire ce recours. Désormais, elles parient sur une action en cessation d'infraction environnementale, toujours pendante, et à laquelle s'est associé l'exécutif régional.

Quant au ministre fédéral de la Mobilité François Bellot (MR), il affirme toujours travailler à l'élaboration d'une solution globale.