Une brique de 800 pages. Un bel ouvrage, richement illustré. Du papier glacé et des illustrations couleur sur quasi chaque page. L'auteur de "L'Atlas de la création" et la maison d'édition, basée à Istanbul, qui lui est entièrement dévouée, ont mis les petits plats dans les grands pour colporter leur message créationniste à travers le monde. Après une large diffusion dans les écoles françaises au début de cette année, c'est au tour des écoles belges de recevoir l'ouvrage signé Harun Yahya.

Selon l'entourage de Marie Arena (PS), plusieurs directions d'école qui avaient reçu le livre ont interpellé mercredi le cabinet de la ministre de l'Enseignement. Même s'il est difficile d'évaluer pour l'heure quel est le nombre d'écoles concernées, la ministre a réagi prestement, envoyant dès jeudi, début d'après-midi, une circulaire électronique à tous les établissements pour "mettre en garde l'ensemble des équipes éducatives contre les valeurs véhiculées dans ce document".

Quel est le message de cet "atlas" ? L'auteur, Adnan Oktar, qui écrit sous le pseudonyme de Harun Yahya, est un Turc de 50 ans qui, au nom du Coran, tente depuis une vingtaine d'années, et avec un succès grandissant, de réfuter la théorie de l'évolution des espèces. D'après l'anthropologue algérien Malek Chebel (1), "l'Atlas de la création est le fruit d'une organisation de type sectaire, proche de l'extrême droite turque, qui assène des "vérités" qui n'ont rien à voir avec l'islam".

Darwinisme = terrorisme

L'évolutionnisme de Charles Darwin (1809-1882) émet l'hypothèse de la sélection du plus apte parmi des individus naturellement variants. Il expose cette théorie en 1859 dans son livre, l'"Origine des espèces". Depuis le milieu du XXe siècle, l'évolution fait l'objet d'un large consensus scientifique. Selon le créationnisme, au contraire, l'Univers a été créé par un être suprême.

Pour argumenter cette thèse, Harun Yayha propose des doubles pages mettant face à face, d'une part, des photos d'animaux ou de plantes, et d'autre part, des fossiles vieux de plusieurs millions d'années, plus ou moins semblables à l'être vivant actuel. Avec, à chaque fois, la même conclusion : "Inchangés au cours de millions d'années, les scorpions (NdlR : un exemple parmi des centaines d'autres) sont une preuve solide de la création". Pour l'auteur, l'espèce humaine ne fait pas exception. Et le darwinisme serait la réelle source idéologique du terrorisme.

Grossière, cette démonstration peut néanmoins faire mouche face à un public non averti. D'où la célérité de la réaction de la ministre de l'Enseignement. Dans la circulaire envoyée hier aux établissements, elle souligne que les idées défendues par l'auteur sont "contraires aux valeurs qui sous-tendent le décret "Missions" et qui sont traduites dans les référentiels de compétences ainsi que dans les programmes d'enseignement."

Dès lors, Marie Arena "compte sur la vigilance de chacun pour veiller à ce qu'il ne constitue en rien un outil pédagogique à destination des élèves" et demande de "porter cette information à la connaissance des membres des équipes éducatives".

(1) "Le Monde" du 9 février 2007.

© La Libre Belgique 2007