Quelque quatre-vingts personnes ont mené samedi à partir de 6 heures du matin une "action de désobéissance civile" au centre fermé pour étrangers 127 bis à Steenokkerzeel. Les activistes, qui réclamaient la fermeture de tels centres, ont été arrêtés administrativement par la police et emmenés en bus à la gare de Zaventem où ils ont été relaxés. Les manifestants, qui s’étaient cachés dans des champs situés le long du centre, ont profité de l’ouverture des portes d’entrée à 6 h pour s’introduire dans l’enceinte du 127 bis en brandissant des calicots "Stop aux expulsions" ou "Pas de frontières ni de pays". Les activistes, qui venaient de Bruxelles, de Wallonie (notamment de Liège et Louvain-la-Neuve) et de Flandre (de Gand et Bruges principalement) ont organisé un sit-in et bloqué l’entrée du centre fermé, empêchant les gardiens de refermer la barrière.

L’objectif du collectif était de perturber le fonctionnement du centre et d’empêcher samedi toute expulsion par avion de personnes en situation irrégulière. Des militants se sont enchaînés aux grilles via un système "lock on", un tube métallique dans lequel les manifestants dissimulent leurs mains pour compliquer la tâche des policiers chargés de les évacuer.

La police s’est contentée dans un premier temps d’encadrer la manifestation. Elle a ensuite invité les militants à partir. Face au refus du collectif, les policiers ont procédé vers 9 h à des arrestations administratives. Les organisateurs de l’action avaient demandé aux militants de se laisser embarquer et de ne pas résister.

"Nous voulons casser la machine à expulser qui chaque année enferme et expulse plus de 8 000 personnes uniquement parce qu’elles n’ont pas les bons papiers pour vivre en Belgique. Il n’y a entre-temps aucun accord sur une éventuelle régularisation mais les arrestations à domicile, dans la rue et à l’Office des étrangers continuent" , dénonçaient les organisateurs de cette action, qui refusent que les personnes en situation irrégulière en Belgique soient considérées comme des criminels. (D’après Belga)