La cour d’assises du Hainaut, présidée par Olivier Delmarche, entamera, ce lundi, sous très haute surveillance en raison de la personnalité du principal accusé, le procès d’Orlando Leblond. Celui-ci doit répondre du meurtre de Karim Bourzami, commis à Anderlues, le 10 décembre 2011, de tentative d’homicide et de 25 autres préventions (coups et blessures, vols avec violences, tentatives d’extorsion…). Des faits qui se sont échelonnés entre le 18 juillet et le 17 décembre 2011.

Trois autres personnes seront dans le box des accusés, à savoir Ludovic Fichof, Jessy Dupont et Logan Mary.

Violente cavale

Le 25 juillet 2011, Orlando Leblond, décrit comme un psychopathe dangereux par les experts, s’évade, en compagnie de son codétenu, Ludovic Fichof, de la prison de Huy, en prenant un gardien en otage. Leblond purge alors une peine de 13 ans (alourdie à 16 ans en appel) pour une quarantaine de préventions, dont une tentative de meurtre et divers braquages commis entre 2009 et 2010 dans différents commerces de la région liégeoise.

Un mois plus tard, Fichof est intercepté à Namur mais Leblond, lui, reste introuvable. Introuvable mais pas inactif, car sa cavale est jalonnée de délits, essentiellement des braquages, commis seul ou avec des complices. Le terrain d’activités de l’accusé est l’arrondissement judiciaire de Charleroi, et son modus operandi est toujours le même.

Issue fatale à Anderlues

C’est ainsi qu’une semaine à peine après son évasion, Leblond vole un véhicule à Erquelinnes. Le 2 août, armé, il braque une supérette de Sivry et s’en va avec la caisse, des fardes de cigarettes… et des slips. Le truand, qui se sert de divers points de chute en Belgique et dans le nord de la France, frappe encore à Gozée, Anderlues, Rance, Beaumont, où il s’attaque à divers commerces.

Le 9 octobre, on passe à côté d’un premier drame. Ce jour-là, Orlando Leblond a décidé de braquer le Carrefour Express de Thuin. La gérante se défend avec une raclette. Son mari, attiré par le vacarme, surgit dans le magasin. Leblond fait feu et le blesse à la jambe.

Les choses vont prendre un tour beaucoup plus tragique le 10 décembre. Toujours en cavale, malgré une traque d’envergure, Leblond, accompagné ce jour-là de Logan Mary, s’en prend à une station-service à Anderlues. Traumatisée, l’employée appelle deux amis, Karim Bourzami et Florent Caldana, à la rescousse. Courageusement les deux jeunes hommes se lancent aux trousses des auteurs et les retrouvent rue du Château. Leblond tente de carjacker leur véhicule, les deux amis résistent.

Entendu par les enquêteurs au lendemain de son arrestation, Orlando Leblond déclare : "J’ai tendu mon bras et c’est quasiment à bout portant que j’ai tiré à hauteur du cœur. J’ai doublé mon coup… Je me suis alors tourné vers ma droite. Le passager du véhicule était à quatre ou cinq mètres de moi. J’ai vu la peur dans ses yeux. J’ai tiré une première balle et j’ai également doublé mon coup. Autant j’étais certain d’avoir eu le premier car j’ai vu son regard s’éteindre sur le moment, autant j’ignorais si j’avais pu toucher le second."

Karim Bourzami s’écroule, tué sur le coup. Florent Caldana est blessé à la nuque.

Hommage au petit Gabriel

Trois jours plus tard, le 13 décembre, un certain Nordine Amrani, armé jusqu’aux dents, sème la mort, place Saint-Lambert, à Liège. Parmi ses victimes, un bébé de 17 mois, le petit Gabriel. C’est le neveu d’Orlando Leblond. Celui-ci sort de sa tanière pour rendre un dernier hommage à l’enfant. Il est cueilli par les policiers…

Cinq femmes et sept hommes constituent le jury de la cour d’assises du Hainaut. Six suppléants (cinq femmes et un homme) ont également été désignés. Mes Alexandre Wilmotte et François Dessy représenteront Orlando Leblond; Mes Damien Vervaeren et Etienne Gras défendront les intérêts de Ludovic Fichof; et Me Fabian Lauvaux, ceux de Jessy Dupont et Logan Mary. Mes Marino Santarelli, Jean-Luc Fayt, Yves Demanet, Jean Marot et Jean-Philippe Mayence représenteront la partie civile.

Le procès devrait durer quatre semaines.