Est-ce le fait que l’écrasante majorité des cas d’abus sexuels commis par des clercs et transmis à feu la commission Adriaenssens se soient situés au nord du pays ? Ou doit-on parler d’un effet surdimensionné de l’affaire Vangheluwe qui était quand même un évêque et non des moindres ?

Contrairement à la Belgique francophone qui suit sagement sinon dans une certaine indifférence les travaux de la commission spéciale de la Chambre, la société civile flamande s’enflamme toujours et presque quotidiennement pour le dossier et la manière dont le Parlement mène sa barque dans la commission pilotée par Karine Lalieux (PS).

Voilà que le canoniste Kurt Martens qui avait déjà émis de sérieux doutes sur les connaissances basiques en matière ecclésiale des élus au début de ses travaux jette un nouveau pavé dans la mare politique en demandant publiquement d’élargir les débats à une réflexion autour de la manière dont voici trente, quarante ans, le phénomène de la pédophilie s’inscrivait plutôt dans la libération des moeurs que dans le registre d’un mal de société qui frappait tous les milieux dans lesquels il y a des rapports d’autorité et donc potentiellement de dépendance. Sans évidemment excuser d’aucune manière les actes des clercs déviants qui ont aussi profité de cet "air du temps", le Pr Kurt Martens qui enseigne à l’université catholique d’Amérique (Washington) s’étonne du manque de réactions à certains écrits récents du philosophe Etienne Vermeersch, considéré comme une, sinon comme "la" conscience morale (laïque) en Flandre qui expliquait qu’il maintenait ses points de vue sur le plan éthique face à certains dérapages qu’il disait admettre à la fin des années 1970 de la part des "simples pédophiles".

C’est ce qui amène Kurt Martens à suggérer que la commission Lalieux puisse encore élargir sa réflexion et "se demander si une certaine largesse de pensée, notamment dans les milieux laïques, n’a pas contribué à une plus grande tolérance vis-à-vis de la pédophilie. Notamment parce que cela ne posait visiblement pas de problèmes éthiques à certains penseurs "