Les trois syndicats ont accepté ce vendredi le projet d'accord bouclé entre partenaires sociaux au groupe des Dix, mercredi soir, sur le rendement garanti des pensions complémentaires, l'outplacement et la disponibilité des temps partiels involontaires.

Chacun des partenaires sociaux devait faire avaliser ce projet d'accord par ses instances, avant que le groupe des Dix ne vienne le présenter au Premier ministre, ce vendredi après-midi. Côté patronal, cela n'a posé aucun problème. Côté syndical, les trois syndicats (CSC, FGTB, CGSLB) ont approuvé le projet de texte, à condition que le gouvernement l'applique dans son entièreté.

Michèle Sioen préfèrerait que l'accord soit appliqué tel quel

La présidente du Groupe des Dix, Michèle Sioen, est arrivée vers 15h30 au 16 rue de la Loi pour remettre l'accord concernant entre autres les pensions complémentaires, et conclu mercredi entre les partenaires sociaux, au Premier ministre Charles Michel. Interrogée sur de possibles adaptions de l'accord par le gouvernement, Michèle Sioen a répondu qu'elle préférait qu'il n'y en ait pas.

"Cela a été très difficile, mais tout le monde a mis de l'eau dans son vin et je pense que nous sommes arrivés à un accord équilibré pour toutes les parties", a déclaré la présidente du Groupe des Dix. Elle a également ajouté, tout comme les syndicats et l'UCM, que l'accord devait être compris comme un tout.

La présidente a également précisé que tout avait été mis en œuvre pour que l'équilibre budgétaire soit respecté au maximum, c'était l'une des conditions posées par le gouvernement Michel.

Daniel Bacquelaine favorable à une extension des pensions complémentaires

Le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, est favorable à une extension des pensions complémentaires, ou deuxième pilier, dans les catégories des indépendants personnes physiques, des contractuels de la fonction publique mais également parmi les salariés, a-t-il déclaré vendredi en marge de la présentation d'une enquête commandée par le fonds de pension Ogeo Fund sur "Les Belges et leur pension".

Le sujet est particulièrement d'actualité puisque employeurs et syndicats viennent de s'accorder, au sein du Groupe des 10, sur une réforme du rendement garanti des pensions complémentaires. M. Bacquelaine a redit sa satisfaction qu'un "accord consensuel" ait pu être trouvé dans cet épineux dossier. Il a rappelé l'objectif qui vise à assurer une pension du deuxième pilier "qui permette de relever le niveau général des pensions" et a souligné la complémentarité qui existe à ses yeux entre les premier (pension légale) et deuxième piliers des pensions.

"Il reste un marché considérable en Belgique"

M. Bacquelaine a en outre estimé qu'"il reste un marché considérable en Belgique en matière de pensions complémentaires". "Actuellement, 1% du salaire est consacré aux pensions complémentaires. Notre objectif est de tripler ce niveau et d'arriver à 3% de la masse salariale consacrée aux pensions complémentaires", a-t-il laissé entendre. "Les réserves atteignent plus ou moins 70 milliards d'euros en Belgique. L'idée est d'aller vers 200 milliards."

Le ministre des Pensions a évoqué plusieurs champs d'extension des pensions complémentaires, parmi les indépendants personnes physiques ou aux contractuels de la fonction publique. Pour les salariés, où le système est déjà bien implanté, M. Bacquelaine songe à la création d'un "deuxième pilier bis" qui permettrait à chaque salarié de choisir librement d'aller vers "une pension complémentaire supplémentaire avec une cotisation prise sur le salaire, en accord avec l'employeur".