Il avait commencé son mandat de ministre de l’Intérieur, en 2014, par un gros couac : Jan Jambon avait affirmé que les collaborateurs durant l’Occupation "avaient leurs raisons". Il ne voulait rien justifier mais ses propos imprécis avaient provoqué une énorme polémique. 

Mais voilà qu’il récidive ! Le 9 avril dernier, sur le plateau de VTM où il s’expliquait sur le fait que de supposés terroristes comme Abdeslam aient pu se "planquer" à Bruxelles aussi longtemps, il a fait une comparaison déplacée : "Des Juifs sont parvenus à rester quatre ans dans la clandestinité et cela malgré le fait que le régime nazi les recherchait.

Ce nouveau dérapage incontrôlé a fait notamment réagir fortement un élu anversois Open VLD. Si le vice-Premier ministre N-VA ne voulait pas assimiler les Juifs traqués durant la Seconde Guerre mondiale aux djihadistes qui ont frappé Paris et Bruxelles, quelques précautions oratoires auraient certainement été nécessaires...