Ce dimanche aura lieu à Bruxelles la 8e édition de la Marche pour la vie organisée à l’initiative de jeunes encore étudiants ou déjà dans la vie professionnelle qui entendent "défendre les valeurs de la vie humaine depuis la conception jusqu’à la mort naturelle". Et cela, selon une des organisatrices "par delà les convictions religieuses ou philosophiques". Le rendez-vous est donné à 15 h 30 au Mont des Arts. 

Le cortège se dirigera ensuite vers le palais de justice où les marcheurs seront invités à déposer une rose au pied des marches. Selon le souhait des organisateurs, ce sera "une marche silencieuse et paisible en réponse aux propos agressifs qui s’expriment trop souvent dans la sphère publique" sur ces problématiques.

Une radicalisation certaine des esprits

Cela n’empêchera pas des prises de parole avant et après l’arrivée de la marche. L’une d’elles sera très écoutée : les organisateurs ont demandé à Stéphane Mercier, ce chargé de cours invité à l’UCL qui vient de se faire remonter les bretelles par l’Alma Mater louvaniste pour avoir pris position dans ses notes d’un cours de philo en 1re Bac contre l’avortement présenté comme "le meurtre abject d’une personne innocente" et comme "encore plus immoral que le viol". 

Une prise de position qui intervient dans un contexte d’échauffement des esprits après la demande de plusieurs partis et associations comme le Centre d’action laïque de retirer l’avortement du Code pénal. De son côté, Belgicatho, un site de réinformation catholique, relance le débat sur le C de l’UCL...