Reynders: "Il est possible de passer à la négociation"

Didier Reynders, chargé de la mission d'information a été reçu mardi par le roi pour lui remettre son rapport définitif. Dans la foulée, l'informateur a lu cette déclaration devant la presse: "Les différents entretiens lors de la mission d'information ont permis de conclure qu'une volonté de négocier existe et est largement partagée par tous les interlocuteurs. Il est nécessaire et possible de passer maintenant à une phase de négociation".

BELGA
Reynders: "Il est possible de passer à la négociation"

A l'issue de l'audience qui a duré 2 heures et demie, le palais s'est contenté de dire que Didier Reynders lui a présenté son rapport définitif.

M. Reynders a été chargé le 2 février d'une mission d'information. Le roi lui a alors demandé de l'informer sur les possibilités d'arriver à un accord institutionnel, en particulier sur BHV et le refinancement de Bruxelles, le transfert de compétences aux entités fédérées, leur financement et leur responsabilisation et le financement dans la durée de l'Etat fédéral. Sa mission a été prolongée le 16 février et l'informateur a remis son rapport définitif, comme prévu, mardi.

Le communiqué du Palais à l'issue de l'audience de Didier Reynders est laconique, se contentant de dire que l'informateur a remis son rapport définitif. Il semble donc qu'il n'y ait toujours pas d'accord sur la phase suivante. Dans l'après-midi, on disait se diriger vers un duo constitué du président du CD&V Wouter Beke avec une personnalité PS. Toutefois, il semble que la N-VA ait marqué son désaccord avec cette formule. Les nationalistes flamands voudraient eux-mêmes monter au feu.

A l'issue de l'audience au cours de laquelle il a remis au roi le rapport définitif sur sa mission d'information, Didier Reynders a lu une très courte déclaration devant la presse. "Les différents entretiens lors de la mission d'information ont permis de conclure qu'une volonté de négocier existe et est largement partagée par tous les interlocuteurs. Il est nécessaire et possible de passer maintenant à une phase de négociation autour d'un formateur ou, à défaut, dans une autre formule. Ma conviction est que, durant les quatre semaines de ma mission d'information, nous avons pu relancer une dynamique de négociation et retisser certains liens de confiance entre les principaux partenaires.

J'espère qu'au départ des thèmes qui ont été abordés et des pistes de solutions qui ont été tracées, il sera possible de reprendre de véritables négociations en vue d'une réforme institutionnelle et de la formation d'un gouvernement. Notre pays en a un grand besoin", a dit M. Reynders


Pas de commentaire après la fin de la mission Reynders Il n'y a pas eu de commentaire officiel après la déclaration de Didier Reynders qui a remis mardi le rapport définitif de sa mission au roi. Le laconisme du communiqué du palais, la brièveté de la déclaration de M. Reynders et le silence des neuf partis concernés par les différents contacts semble confirmer qu'il n'y ait toujours pas d'accord sur la phase suivante. Dans sa déclaration, Didier Reynders a répété ce qu'il dit depuis plusieurs jours, à savoir qu'il a constaté une volonté de négocier et qu'il "est nécessaire et possible de passer maintenant à une phase de négociation autour d'un formateur ou, à défaut, dans une autre formule". Dans l'après-midi, on disait se diriger vers un duo constitué du président du CD&V Wouter Beke avec une personnalité PS. Toutefois, il semble que la N-VA ait marqué son désaccord avec cette formule. Les nationalistes flamands voudraient eux-mêmes monter au feu. On n'excluait pas mardi soir que le roi reprenne des consultations avant la phase suivante.