Deux associations flamandes très négatives sur le volet BHV de la note Di Rupo

"Les six communes à facilités sont considérées comme des communes qui ne font plus partie du Brabant flamand", estimait lundi Peter De Roover, secrétaire politique du VVB, dont font ou ont fait partie bon nombre de parlementaires de la N-VA.

Deux associations flamandes très négatives sur le volet BHV de la note Di Rupo
©REPORTERS
BELGA

Deux associations issues du mouvement flamand, le Vlaams Volksbeweging (VVB) et le Werkgroep BHV, ont mis la pression ces deux derniers jours sur la N-VA. Selon elles, la note du formateur Elio Di Rupo ne contient pas la réforme copernicienne annoncée. Quant au volet relatif à l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, il est jugé très décevant voire inacceptable. "Les six communes à facilités sont considérées comme des communes qui ne font plus partie du Brabant flamand", estimait lundi Peter De Roover, secrétaire politique du VVB, dont font ou ont fait partie bon nombre de parlementaires de la N-VA.

Le Werkgroep BHV, dont sont membres le VVB mais aussi le Taal Aktie Komitee (TAK), se montre beaucoup plus radical. "La note Di Rupo sur le plan communautaire n'est ni plus ni moins que la mise en oeuvre de la première phase du plan B du PS qui organise la partition de la Belgique", a-t-il affirmé. Selon lui, dans ce schéma, les 6 communes à facilités seraient annexées par la Fédération Wallonie-Bruxelles.